Nous avons toujours plaisir à lire dans la presse quelques échos de nos concerts ou activités et, bien sûr, le plaisir des spectateurs d'écouter et d'apprécier les voix des Pyrénées. Voici quelques extraits :

LA DEPÊCHE DU MIDI : Rencontre en Pyrénées (Tarbes, 30 septembre 2017)

Samedi soir, c'est en l'église Sainte-Thérèse de Tarbes que tout se passait avec le concert de Tolosa Otxotea, une soirée organisée par les Chanteurs Pyrénéens. Il faut dire que lorsque ces derniers avaient invité Charles Ferré (immense chanteur basque et créateur de Tolosa Otxotea, groupe de huit voix composé de chanteurs lyriques issus du théâtre du Capitole de Toulouse), la rencontre s'est tellement bien passée que le ténor est revenu à Tarbes avec son groupe pour un moment de partage musical avec eux. Lorsque les Toulousains entamaient des chansons traditionnelles et contemporaines basques comme «Maité» (chanson de film) ou encore «Elura Mara Mara», les Pyrénéens ont repris des titres tels que «La Complainte de Neruda», «Amazing Grace» et «Vierge Marie». Mais c'est ensemble qu'ils ont trouvé leur plus belle harmonie (et qu'ils ont clos ce concert), notamment en chantant «Hegoak» et «Boga Boga». Une bien belle soirée sous le signe de la convivialité et de l'émotion.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Tolosa Otxotea, l'excellence de la polyphonie basque (Tarbes, 16 septembre 2017)

C'est la rentrée, et l'événement que préparent les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, c'est le concert de l'ensemble vocal professionnel de polyphonie basque Tolosa Otxotea, conduit par Charles Ferré, le samedi 23 septembre, à 21 heures, en l'église Sainte-Thérèse. Chère aux Basques, l'otxote est une formation traditionnelle à quatre voix de huit chanteurs et Tolosa Otxotea ne déroge pas à cette formule qui séduit, d'autant plus que ce groupe est composé de chanteurs lyriques professionnels du théâtre du Capitole. C'est l'assurance du talent, sublimé par l'élan du cœur qu'apporte Charles Ferré, célèbre ténor basque, qui est l'âme et le fondateur de l'ensemble dont on dit que c'est l'excellence de la polyphonie basque, avec ses voix puissantes ou caressantes qui évoquent une identité de terre, de mer et d'amour, au cœur des légendes et des traditions du Pays basque. L'alliance de la formation classique des chanteurs et de la sensibilité basque donne des concerts émouvants qui transportent, tant avec les chants traditionnels qu'avec les chants de la paix et de la tolérance. Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, qui introduiront brièvement le concert de Tolosa Otxotea, s'attachent à rencontrer des chœurs d'hommes de grande qualité et c'est le sens de cette invitation qui fait suite au dernier concert de Noël donné à Tarbes par Charles Ferré. Ce dernier, Basque de Saint-Pierre-d'Irube, apporte toujours sa personnalité, son grand talent et sa générosité qui permet au public et aux chanteurs de communier ensemble, le temps d'un concert. Voilà l'espoir de cette prochaine rentrée, un rendez-vous à ne pas manquer.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Europe en marche (Tarbes, 18 juillet 2017)

Ce n'est pas un clin d'œil d'actualité, mais l'interrogation des ressorts qui peuvent rapprocher les hommes quand l'histoire multiséculaire les a meurtris de part et d'autre, afin de mettre en œuvre désormais la compréhension mutuelle pour fonder de nouvelles relations dans une Europe voulant agir comme une puissance nouvelle, rêvant de confédérer ou fédérer ses peuples, ses nations et ses États. Le chant choral est susceptible de participer au rassemblement des hommes dans l'unité et à cet égard, le mouvement de masse des orphéons de Wilhem dans toute l'Europe y a contribué au XIXe siècle pour chanter, et à Tarbes, les Chanteurs Pyrénéens sont les descendants directs de cette philosophie, née dans la ville en 1856. Depuis le traité de coopération et d'amitié franco-allemande de 1963, les initiatives de chœurs franco-allemands foisonnent et rapprochent les uns et les autres. Ce n'est pas seulement symbolique et depuis plus de trente ans, les Chanteurs pyrénéens de Tarbes échangent régulièrement avec le chœur MGV Niedererbach, dans l'agglomération d'Altenkirchen, à Obererbach. 2017 était la 8e rencontre de ces formations, désormais placée dans le cadre des fêtes de Tarbes, quand les Tarbais sont les hôtes de la réception, lors d'un week-end élargi. Chaque rencontre est l'occasion pour les anciens de se revoir avec plaisir et pour les jeunes chanteurs de se découvrir de part et d'autre dans l'esprit qui préside à ce mouvement. Pour cette édition 2017, les Chanteurs Pyrénéens se sont efforcés de sortir le grand jeu en proposant à leurs amis allemands plusieurs jours bien remplis. D'abord, une journée de découverte d'une des meilleures coopérations européennes qu'est à Toulouse l'industrie aéronautique, avec le musée Aéroscopia et la chaîne impressionnante de montage de l'Airbus A380. Ensuite, fil rouge des animations des fêtes de Tarbes, les soirées casetas et les nouveaux établissements de nuit du nouveau quartier de l'ex-Arsenal ont accueilli tous les soirs les jeunes et moins jeunes chanteurs festifs. Valeurs sûres de notre histoire et de notre patrimoine, le château de Mauvezin et les grottes de Médous (bienvenues par temps de canicule) ont été des étapes appréciées comme l'accueil du golf de Lannemezan, dans un cadre pyrénéen magnifique. Une journée entière fut consacrée, par groupes, à la convivialité de l'accueil des chanteurs allemands au domicile des chanteurs tarbais. Le chant avait toute sa place dans ce long week-end et ce furent deux concerts, l'un en l'église Saint-Jean de Tarbes, où le public était présent en masse à 21 heures pour écouter les deux groupes qui recueillirent un grand succès, et l'autre en l'église de Lannemezan, où la messe dominicale chantée par les deux chœurs fut suivie d'un concert applaudi aussi par un nombreux public (c'était la fête locale à Lannemezan). Concerts suivis dans les deux villes d'agapes gastronomiques et de « cantéras » de bonne facture. Enfin, il fallut se quitter à regret et l'image des adieux, des embrassades et des pleurs témoignait de l'intensité des moments vécus. Laissons le mot de la fin à ce chanteur allemand : «Je n'avais jamais vu cinquante hommes pleurer ensemble de la fin de la rencontre et une nouvelle Europe est vraiment en marche». Il est vrai que Béranger écrivait déjà à Wilhem en 1830 : «Les cœurs sont bien près de s'entendre quand les voix ont fraternisé».

LA DEPÊCHE DU MIDI : Le printemps des Pyrénéens (Tarbes, 1er juin 2017)

La chaleur estivale touche aussi les Chanteurs Pyrénéens. Le gilet noir, placé entre la chemise blanche et la veste rouge, reste au placard. Les chants appris durant l'hiver sont inscrits au programme des concerts. Les derniers chanteurs, intégrés en début d'année, font leurs premiers pas sur scène. Pendant que des nouveaux poussent la porte pour venir renforcer le groupe. Certains, sentant leur voix muer, passent du pupitre des premiers ténors à celui des basses. Alors que d'autres, découvrant leur prouesse à monter dans les aigus, prennent le chemin inverse. Des changements que le public a déjà pu apprécier à Séméac, en avril dernier. Dans une église remplie, les Chanteurs Pyrénéens ont conquis les Séméacais, notamment avec leur chant «La Complainte de Pablo Neruda», de Jean Ferrat. Un morceau sollicité à nouveau lors du repas d'après-concert, organisé par le comité des fêtes du village. Dernièrement, c'est à Laloubère que les Tarbais se sont produits. Et avec des invités de marque. Rencontré au match aller dans les Vosges, le chœur d'hommes des 3 Abbayes est venu faire un tour en Bigorre pour la rencontre retour. Samedi dernier, les Laloubériens ont pu découvrir la formation arrivée de Senones. Un concert placé sous le signe de l'amitié bigourdane-vosgienne qui unit les deux groupes.  Les Chanteurs se produiront trois fois à domicile ce mois-ci. Samedi 10 juin, direction la vallée d'Aure et l'église d'Arreau pour un concert à 20 h 30. Le week-end suivant, les Pyrénéens se déplaceront chez les voisins basques, à Bayonne, sur l'invitation du chœur d'hommes club Pottoroak. Puis, viendra l'heure de passer en été, avec la réception de leurs amis allemands d'Obererbach. Un concert sera donné durant les fêtes de Tarbes, le samedi 24 juin, à 21 heures, en l'église Saint-Jean. Le lendemain, les deux formations animeront la messe de Lannemezan, à 10 h 30.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens à l'honneur (Tarbes, 14 janvier 2017)

À l'occasion d'un concert de Noël, les Chanteurs pyrénéens de Tarbes se produisaient à Vielle-Adour. L'idée émerge entre le comité des fêtes et deux enfants du village, également ténors dans la chorale : Fabrice Carassus et Mickaël Louit. Aussitôt dit, aussitôt fait : le projet se concrétise dans les plus brefs délais. C'est donc le vendredi avant Noël, dans l'église du village, que l'événement prendra place. Dès 20 h 30, les choristes entrent en scène sous les applaudissements de spectateurs venus en masse. Pour ces derniers, ce concert de l'année possède une «saveur particulière». Divisée en deux parties, la soirée proposera en premier des chants diversifiés, allant du basque au russe, en passant même par l'italien et bien d'autres langues. La seconde partie sera finalement consacrée à des chansons en rapport avec Noël. Un magistral gospel sera entonné dans les dernières notes, avant que les Chanteurs pyrénéens ne finissent par se retirer, toujours en chanson… La soirée se clôturera finalement par un banquet à la salle des fêtes de Vielle-Adour, où artistes et spectateurs uniront leurs voix autour d'un dernier verre…

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Un concert n'est jamais futile (Tarbes, 2 janvier 2017)

« Chers amis ! Encore une fois, vous nous avez fait passer une soirée grandiose pour ce merveilleux concert de Noël, hier soir à l'église St Jean de Tarbes ! Je vous en remercie de tout mon cœur. Une soirée solennelle et émouvante avec toutes ces voix extraordinaires qui font renaître joie et bonheur dans notre esprit et notre cœur. Merci aussi pour ces invités de marque. Quel talent !!! Et quelle belle soirée !!! Une petite parenthèse : "Vous étiez beaux comme des princes, messieurs, dans vos costumes". Joyeux Noël à tous ! » . La lecture de ce témoignage chaleureux sur le livre d'or du site www.chanteurs-pyreneens.fr illustre le succès du concert de Noël du 17 décembre 2016 à l’Église Saint-Jean de Tarbes. Le programme a manifestement plu aux très nombreux spectateurs qui ont été impressionnés par la voix de Charles Ferré, sa puissance et sa personnalité. Un chanteur lyrique, c'est effectivement une autre dimension et le public a apprécié cette évocation des grandes pièces à travers des chants religieux, napolitains et espagnols. Quant à Véronique Grange qui fut pendant 20 ans sous la direction de Michel Plasson au Capitole de Toulouse, son talent et sa maîtrise du piano firent une très forte impression. Soirée pleinement réussie que les Chanteurs Pyrénéens ont accompagné avec contraste, par de simples chants de Noël, tous les intervenants se réunissant à la fin pour quelques immortels chants basques. Ce concert annuel de Noël des Chanteurs Pyrénéens à Tarbes, clôture l'année de chant qui en 2016 fut riche de concerts locaux ou plus lointains (Toulouse, Montbéliard, Belfort), et marquée par l'innovation du CD Bigòrra canta avec Vox Bigerri. Le tout dans un contexte de transition du chœur qui voit le départ de plusieurs anciens que les nouvelles recrues remplacent, soit un travail individuel et collectif demandé important, sous la direction du chef de chœur Bernard Noguès, toujours adepte de la musique émotive et du chant du cœur, dont le travail et les résultats ont été salués par Charles Ferré et Véronique Grange, agréablement surpris par la qualité des prestations. Nous sommes heureux de proposer ces moments rares dans la vie, moments d'émotion, de communion, hors du temps et des soucis quotidiens de l'actualité. Ils peuvent paraître futiles, mais le rôle des artistes est de choisir des fragments de la vie pour les sublimer. Cette vie est parfois tragique. Les chanteurs sont des baladins appelés sur tous les tréteaux de la région ou du monde suivant leur notoriété, pour apporter ces moments rares. La formation dite « Chœurs de l'Armée Rouge » était en voyage pour apporter une trêve dans une actualité douloureuse, lorsque le drame s'est produit. Elle s'en relèvera sûrement. Quand un chanteur tombe, un autre prend sa place. Il en est modestement ainsi pour les les Chanteurs Pyrénéens qui, jour après jour, chanteur après chanteur, poursuivent l'histoire du chant orphéonique à Tarbes. Elle n'est pas futile, car elle apporte de la joie de vivre qui rassemble, le temps des concerts, et c'est à cultiver.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Noël avec les Pyrénéens (Tarbes, 21 décembre 2016)

Un peu des joies de Noël avant l'heure, cela fait toujours du bien. Justement, les Chanteurs Pyrénéens dirigés par Bernard Noguès étaient à l'église Saint-Jean de Tarbes, samedi soir, pour leur traditionnel concert de Noël avec comme invité d'honneur le ténor du théâtre du Capitole de Toulouse Charles Ferré, venu pour un récital et accompagné au piano par Véronique Grange. Alternant chants des Pyrénéens («Douce nuit», «Hymne à la nuit», «Minuit Chrétiens», «Sanctus»), récitals lyriques de Charles Ferré («Les Pêcheurs de perles» de Bizet, «Ave Maria», «Danza» de Rossini), solo de piano par Véronique Grange («Les Noces de Figaro», «Le Barbier de Séville») et chants en communs («Berceuse basque» d'Olaïzola, «Kanta berri» de Sorozabal et «Hegoak»), ce concert de fin d'année a comblé le public venu en nombre (comme tous les ans) pour ce moment de convivialité qui annonce parfaitement l'esprit des fêtes à venir.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Noël avec les Chanteurs Pyrénéens (Tarbes, 14 décembre 2016)

C'est sur l'initiative de Juillan Omnisports Football que les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes et les Fantaskes donnaient, samedi, un concert en l'église Saint-Pierre sur le thème «Noël est là, Noël ensemble». Un spectacle magnifiquement interprété par un groupe «référence» que l'on ne présente plus, avec des chœurs, des chants, mais aussi des valeurs que les chanteurs et musiciens faisaient partager, sous la direction musicale de Bernard Noguès. Impressionnant dans ce lieu d'une acoustique parfaite ! Impressionnant dans la perfection des voix et des instruments ! Partage, transmission, émotion : un grand, grand, spectacle et un moment bien particulier pour Michel Epinat et Henri Cazaudebat, les deux voix juillanaises des Chanteurs Pyrénéens.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Il faut vivre et avoir la joie de vivre (Tarbes, 10 décembre 2016)

Pour leur traditionnel concert de Noël, le samedi 17 décembre, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes accueillent une légende de l'art lyrique : Charles Ferré, l'ancien joueur de l'Aviron et ténor au théâtre du Capitole depuis un quart de siècle. Noël en décembre, belles voix à entendre. Robert Domec, l'un des Chanteurs pyrénéens de Tarbes, présente le concert de Noël de ce samedi 17 décembre, à 21 heures, en l'église Saint-Jean. Qu'a-t-il de si particulier, aux yeux des Chanteurs pyrénéens, ce rendez-vous de décembre ? On le prépare, comme chaque année depuis cinq ans, avec soin. Noël en décembre, c'est habituel, mais c'est aussi le renouvellement des concerts qui se déroulent dans une ambiance particulière que l'on aime retrouver. Nous savons que les spectateurs aiment cette série de rencontres présentées comme une trêve dans l'actualité. Le concert de Noël des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, en l'église Saint-Jean, ponctue cette série, en point d'orgue de l'année, en faisant en sorte d'avoir un invité. La période, aussi, est particulière… Il faut vivre, et toujours avoir la joie de vivre. Et celle d'accueillir, cette fois encore, un invité exceptionnel, après Annick Deschamps et les cuivres des Fantaskes ? Charles Ferré, natif de Saint-Pierre-d'Irube, est une légende vivante du Pays basque. Ancien joueur de rugby de l'Aviron bayonnais, sa voix exceptionnelle l'a écarté des terrains pour partir exercer l'art lyrique au Conservatoire de Paris, et de voler de succès en succès. Ténor depuis vingt-cinq ans à l'opéra du Capitole de Toulouse, il a également fondé l'ensemble vocal Tolosa Oxtotea (répertoire basque) avec d'autres chanteurs professionnels du Capitole, puis le trio Los Hermanos (flamenco espagnol). Trois piliers structurent sa vie de chant autour des racines maternelles du Pays basque, des origines espagnoles de son père et de son talent de chanteur lyrique qui lui fait croiser les plus grandes voix, comme Roberto Alagna, dont il est ami et avec lequel il avait chanté dans les arènes des Bayonne. Dans la vôtre, voix, on sent poindre une considération pour Charles Ferré, bien au-delà de son talent lyrique… L'homme est volubile, chaleureux, généreux, et se donne pleinement dans son tour de chant qui laisse place à l'émotion. C'est indiscutablement un homme de cœur et de passion dont la prestation est attendue. Alors, justement, comment ce concert du 17 décembre se déroulera-t-il ? Les Chanteurs Pyrénéens assureront la première partie, avec les traditionnels chants de Noël si appréciés des gens, puis Charles Ferré interviendra, accompagné par Véronique Grange, professeur à Toulouse et pianiste auprès de l'Orchestre du Capitole (il est probable qu'elle nous gratifie de deux interludes en interprétant, seule, des grandes œuvres du répertoire classique). Et pour finir, les Chanteurs Pyrénéens accompagneront Charles Ferré dans l'interprétation de chants, dont la légendaire «Berceuse basque». Encore que. Je dis «pour finir», mais connaissant la générosité de Charles Ferré, pour peu que la soirée se déroule bien, il n'est pas exclu qu'en fin de concert, il réponde à quelque demande du public… Lequel sera fourni, non ? Très certainement. Ce concert connaît chaque année une grande affluence. Nous avions dû refuser du monde l'an dernier, pour des raisons de sécurité en lien avec la capacité d'accueil de l'église Saint-Jean. Il est donc prudent de réserver ses places le plus tôt possible.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Sainte-Cécile : 3 nouveaux chanteurs intronisés (Tarbes, 27 novembre 2016)

C'est à Viella, dans la partie gersoise du vignoble de Madiran, que les Chanteurs pyrénéens de Tarbes viennent de fêter la Sainte-Cécile annuelle autour d'une messe, d'un miniconcert et d'un banquet réunissant la famille des chanteurs anciens et en activité, avec des représentants des autres orphéons, amis de ces agapes traditionnelles. Ils étaient trois, cette année, à tenter (et à réussir !) leur intronisation dans le groupe, sous le regard bienveillant, mais sourcilleux, des anciens. Le plus téméraire fut Pierre, se lançant avec élégance dans l'interprétation d'un chant gospel de liberté, avant les plus jeunes qui ont osé proposé un autre gospel… «Swing low, sweet chariot», que l'on entend généralement des supporters de l'équipe anglaise de rugby ! Personne ne fut sifflé et c'est avec le pouce levé du public que les trois impétrants furent chaleureusement admis dans la confrérie, avec les compliments du chef de chœur Bernard Noguès, ravi de pouvoir compter et former de nouvelles ressources qui assurent chaque année la relève progressive des chanteurs. Bienvenue à ces nouveaux… pour de très longues années !

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : La Bigorre à choeur ouvert (Tarbes, 26 novembre 2016)

Ils avaient l'habitude de se croiser sur scène, la joie parfois d'en chanter une ou deux ensemble, le plaisir enfin d'apprécier la facette orphéonique des uns, le caractère spontané et harmonieux des autres. «Ça fait quatre ou cinq ans qu'on avait l'idée de faire un album, claironnent à l'unisson Pascal Caumont, fondateur du groupe de polyphonie Vox Bigerri, et Jean-Noël Pichon, Président des Chanteurs pyrénéens de Tarbes, aujourd'hui réuni dans l'album «Bigorra canta». On est tous très actifs sur le département et bien au-delà. Ça concrétise notre amitié et la grave dans le marbre.» Un album enregistré en public, à l'occasion de la dernière édition du festival Tarba en canta, en l'église Sainte-Thérèse. Tout naturel, donc, de retrouver le maire, en ce jeudi soir, au café La Colonne où les duettistes avaient donné rendez-vous pour le lancement du CD. Seize morceaux traditionnels, chantés avec délice et fierté par tantôt les uns, tantôt les autres, voire par l'ensemble avec la contribution du public. «C'est bien l'esprit de nos chants que de partager ça avec le public, résume Pascal Caumont. Ce chant patrimonial se vit comme une fête. Il appartient à tout le monde. C'est un chant qui avance, pas juste la musique à papi. Les jeunes y viennent.» «Pour nous, c'était un honneur de collaborer avec des professionnels. Ils apportent des couleurs polyphoniques que nous n'avons pas, glisse Jean-Noël Pichon. Nous avons des références communes. Et avec l'envie, on s'harmonise vite.» Un album à valeur de partage entre deux groupes, un même public et une identité forte. «Les gens ont envie de chanter, savoure Pascal Caumont. Ça fait du bien. Ça crée de la convivialité. Les gens se rendent compte combien c'est un espace de liberté, de créativité. Sans oublier la transmission des valeurs autour de la langue occitane. On essaie de trouver à travers ce passé commun ce qui pourrait nous inspirer pour construire un avenir ensemble.» Des mots qui trouvent un écho dans cette œuvre collective réalisée avec la complicité de Jérôme Hallay et Suzy Noguès. À découvrir auprès des groupes et dans les points de vente habituels, dès à présent.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Concert estival des Chanteurs Pyrénéens (Tarbes, 22 juillet 2016)

En vacances en Vallée d'Aure ? Curieux de la culture locale ou amoureux de chants bigourdans et d'ailleurs ? Venez découvrir ou retrouver le traditionnel concert des Chanteurs Pyrénéens. Comme chaque été, arrivé fin juillet, le chœur d'hommes tarbais se déplace à St-Lary-Soulan. Ce samedi 23 juillet, l'Eglise Saint-Bertrand vibrera au son de ces voix du pays, orchestrées par leur chef de chœur Bernard Nogues. Cette date, pour l'orphéon tarbais, marque la fin de l'année. Comme un ultime match, une finale, annonçant la fin d'une saison sportive. Fraîchement rentrés d'un séjour à Montbéliard (Doubs), les Chanteurs vous embarqueront dans un répertoire très diversifié. Un voyage qui partira au pied des Pyrénées en passant jusqu'à de grandes pièces, comme leur Sanctus de Charles Gounod. Venez assister à leur dernière prestation de cette saison 2015/2016. Rendez-vous à 21h, en l'Eglise St Bertrand de Saint-Lary.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Tarba en canta, la tradition dans la modernité (Tarbes, 27 mai 2016)

Depuis sept ans, le festival Tarba en canta fait les beaux jours des amateurs et amoureux de l'occitan et des chants et danses qui s'y rapportent. Du 1er au 5 juin, les polyphonies vont envahir Tarbes et son agglomération grâce au festival Tarba en canta. Une programmation dense et très riche qui devrait enchanter les grands mais aussi les plus petits qui participent depuis des années à la manifestation. En effet, 2.700 enfants seront de la partie, comme l'a expliqué Gérard Trémège, maire de Tarbes : «C'est un vrai engagement des enfants au travers des enseignants qui participent au projet pédagogique, c'est dire si les traditions, on n'est pas près de les perdre ! Ce festival s'inscrit totalement dans la promotion de la langue occitane et les traditions populaires». Pascal Caumont est le directeur artistique de cet événement en constante progression : «Nous avons plein d'options et de possibilités et on a davantage de groupes, ce qui veut bien dire que ce n'est pas une mode mais que cela répond à une demande. Il y a vraiment un appétit pour le chant dans cette région et je pense que cela va être une fête magnifique. Notre horizon n'est pas dans le rétroviseur, nous travaillons dans la convivialité et pas uniquement la compétition». Et les passionnés viennent de plus en plus loin. Certains groupes arriveront tout droit d'Italie du Nord, d'Espagne avec notamment la Galice mais aussi des chanteurs plus proches basés à Marseille ou Arles. Durant les cinq jours du festival, ce sont près de 10.000 festivaliers, 250 chanteurs invités, plus de 100 stagiaires inscrits aux Master Classes et plus de 20 concerts qui vont participer à ces journées. Les concerts vont se dérouler dans des lieux tels que la collégiale d'Ibos, le jardin Massey, la place de Verdun, l'église Sainte-Thérèse de Tarbes, celle de Séméac, les halles Marcadieu et Brauhauban et même sur le parvis du Carmel, sans oublier les cafés participants où les groupes se produiront, mais aussi les fameuses «canteras» où «chacun peut, à sa guise, chanter, danser ou simplement écouter des chants spontanés à plusieurs voix». Un petit bonus cette année avec le concert de Vox Bigerri et les Chanteurs pyrénéens dès le premier soir avec, à la clé, l'enregistrement d'un CD de ces deux groupes emblématiques ensemble. Le coup d'envoi de cinq journées exceptionnelles à vivre au rythme de la «musique de l'oralité».

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Bravo les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes (Tarbes, 3 mars 2016)

En ce samedi après-midi en l'église de Salles-Adour, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont donné un concert qui a indéniablement séduit les deux cents personnes présentes.  Organisé par le comité des fêtes du village, cette initiative de concert suivi d'un buffet animé par le groupe des chanteurs a été un franc succès ; l'église s'est avérée être bien trop petite et l'ambiance, à l'heure de partager le repas fut joviale et encore chantante. Il est assez rare de voir les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes en concert dans les villages ruraux du département, ce fut donc un vrai bonheur pour le public Bigourdan d'écouter les chants Pyrénéens et comme la culture chantante est indispensable à l'épanouissement de tous, le groupe a fait voyager le public en les amenant en Irlande, Italie, Espagne en interprétant des succès connus de tous et d'autres mélodies moins connues mais toutes aussi belles. A l'Eglise à la majestueuse sonorité accoustique, le groupe dirigé par Bernard Noguès a pû montrer toutes les facettes de son talent. En préambule de chaque interprétation, Robert Domec avec son érudition et son savoir faire a présenté tous les chants et expliqué et traduit les complaintes étrangères avant leur interprétation. Les voix des 4 pupitres, tour à tour, puissantes, légères, vibrantes ont charmé l'assemblée. Les regards allaient alternativement de l'un à l'autre des pupitres. Nombre de têtes scandaient la mesure, le public était ravi, les salves d'applaudissements ont salué chaque interprétation. Le concert fut un beau succès et le buffet bigourdan apétissant. Manifestation réussie. Bravo.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Le concert réussi des Chanteurs Pyrénéens (Tarbes, 19 février 2016)

Samedi 13 février, de nombreux spectateurs se sont rassemblés pour écouter attentivement un concert de chants divers et variés, interprété magistralement par nos amis les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, ensemble choral dont la réputation n'est plus à faire. Certains du groupe étaient venus en voisins, des villages de Luc et de Vielle-Adour, pour donner de leur voix en cette église Saint-Martin de Hitte où le public fidèle s'était déplacé nombreux pour écouter et apprécier quelques nouvelles chansons de leur grand répertoire. C'est sous une pluie d'applaudissements que les chanteurs terminèrent leur tour de chant et tous allaient se retrouver ensuite à la salle des fêtes pour un vin d'honneur offert par la municipalité à tous les participants à ce concert. Ce fut une belle soirée, à renouveler puisque, de mémoire de Hittois, aucun concert n'avait eu lieu en cette église.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Michel Laspeches nous a quittés (Tarbes, 8 février 2016)

Michel LASPERCHES, Président des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes de 1993 à 2003, est récemment décédé à 75 ans, et ses obsèques ont eu lieu le 23 janvier à la Cathédrale de Tarbes, où ses amis chanteurs ont tenu à soutenir sa famille dans l'épreuve, en accompagnant la cérémonie de leurs chants, en mémoire d'un membre émérite du groupe pendant 30 ans. Cheminot chanteur, la SNCF l'a convoyé aux 4 coins de France et d'Europe où sa voix participait aux succès collectifs. 30 ans de concerts, d'après-concerts, de voyages et d'aventures, c'est un sacré paquetage, complété par l'engagement d'une Présidence chaleureuse, à l'image de l'homme attachant, sincère, convivial, gai et enjoué qu'il fut, passionné par des choses simples, mais très fortes en lui : la famille, le travail et le chant. Les Chanteurs Pyrénéens, c'était un engagement pour lui, une ambition, une fierté et une exigence : donner le meilleur de soi-même pour les autres. Il nous a donné son chant et nos enregistrements portent la mémoire de sa voix claire, pure et cristalline d'excellent soliste ténor qu'il était. Il s'est aussi diverti de nombreuses années avec le groupe des Baladins dont il était aussi une pièce maîtresse. Il chantait entre mille autres, « La mar que va, la mar que vien, combat, combat tostemps », de Nadau. Michel a fini de combattre et son cœur était parmi nous, malgré toutes les difficultés de la vie. Il y a 3 ans, il était au premier rang avec son épouse Sylvie, dans la même Cathédrale, pour les obsèques de Georges Bourruel, le fondateur des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Il ne reconnaissait plus tous les chanteurs, tant ils ont changé et se sont renouvelés au fil des années, mais ses yeux brillaient d'admiration et d'émotion de nous entendre, de voir nos vestes rouges. C'était lui en nous, c'était nous en lui. Nous étions dans l'unité de ce qui a fait et fait toujours notre engagement commun. Sa famille était son refuge et il a su transmettre à ses enfants et à ses petits-enfants le talent et la passion du chant et de la musique. Que sa famille reçoive notre profonde amitié et compte sur nos pensées, avec notre reconnaissance pour tout le temps qu'il nous a consacré. Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants. Michel est dans nos mémoires pour son chant, sa joie de vivre, ses yeux rieurs et son autorité de Président. Nous sommes sûrs que la magie de l'autre monde fera qu'il sera toujours près de nous, jusqu'à nos retrouvailles. Il restera de lui ce qu'il a donné, qui en d'autres fleurira, et nous sommes impatients d'accueillir de nouveaux Michel comme lui. Salut, Michel, avec l'affection, l'estime et la reconnaisance des Chanteurs Pyrénéens de toutes les époques, car tu fus unanimement grand parmi nous.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens ont conquis le public (Auch, 18 janvier 2016)

Nicole Pascolini et son conseil municipal ont accueilli à l'église les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Jean-Noël Pichon, le président des Chanteurs Pyrénéens, était heureux d'être dans le département pour deux raisons : «La première, de venir à Lavardens et la seconde, de souffler ma première bougie en tant que président». 28 chanteurs étaient présents sur 45 que compte le chœur : «Nous avons toujours des personnes qui ont des obligations et des indisponibilités». Après un concert réussi devant plus de 180 personnes, tous ont rejoint le restaurant de l'aéroport Auch-Lamothe, un lieu symbolique pour ce dernier : «J'avais fait la connaissance de Jean-Philippe, le restaurateur, et lui avais parlé de notre groupe. Ce dernier m'avait promis de nous trouver un concert et il m'a mis en contact avec Nicole Pascolini et, par téléphone, je suis tombé dans ses bras». Ce concert a été une réussite devant un public conquis. Il a été présenté en deux parties, une première avec des chants de Noël, puis des chants traditionnels des Pyrénées et des chants du Pays basque, sous la direction musicale du chef de chœur diplômé par le ministère de la Culture, Bernard Noguès.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Derniers concerts et voeux (Tarbes, 12 janvier 2016)

1.000 spectateurs environ ont suivi les concerts de Noël des Chanteurs pyrénéens de Tarbes à Tournay et Argelès-Gazost, soit des salles combles pour ces manifestations qui ont marqué le mois de décembre. Autant dire que ce plein succès d'un chœur complet de 40 chanteurs avec la formation de cuivres Les Fantaskes dans les deux dernières villes est l'aboutissement d'un travail et d'un état d'esprit qui ont transcendé ce temps, placé sous le symbole du dernier double CD «Noël est là, Noël ensemble». De nombreux témoignages spontanés ou sur le livre d'or du site www.chanteurs-pyreneens.fr, évoquent l'émotion ressentie lors des chants des concerts. Cela interroge et doit se placer en perspective. Que se passe-t-il ? L'émotion est ici la réaction provoquée en soi par l'interprétation, le sens profond des mots compris, pensés, exprimés, le chant qui prend vie, qui transmet quelque chose. À ce stade, le chant et la musique ne sont plus mécaniques mais transmettent un message au public, sans retenue. L'inspiration de la présentation réfléchie mais toujours spontanée, la générosité des chanteurs dans l'interprétation, devaient se voir et s'entendre pour générer autant d'échos favorables. Les spectateurs ont sans doute compris que les chanteurs donnaient de leur personne au public, avec un souhait de transmission et de partage. C'était un plein chant d'émotion que Valérie de Monassut (64) a trouvé délicieux avec les cuivres des Fantaskes, accessible à tous les âges, que Laurent de Lourdes a trouvé magnifique de plaisir et de justesse musicale et que Roger, de Luz-Saint-Sauveur, s'en est trouvé ravi sans modération, par exemple. Ces résultats, ces commentaires, font naturellement le bonheur du chef de chœur Bernard Noguès, qui transcende depuis dix ans les Chanteurs pyrénéens dans leur ensemble pour les porter à ce niveau et qui s'attache à stimuler chacun d'eux selon ses capacités, pour aboutir à l'harmonie du chant et des cœurs que l'on entend. C'est un long chemin, un dur travail, une remise en cause permanente que cette recherche d'harmonie du chant qui fait entendre des accords étonnants pour une musique de vie qui dépasse la sèche écriture, car elle aboutit à la pleine expression humaine des sensibilités diverses qui donnent des couleurs authentiques et variées au chant du cœur. Ce chant du cœur qui est un chant du peuple peut rejoindre les plus grands par sa justesse et par l'émotion qu'il transmet en partage. La génération actuelle des Chanteurs pyrénéens de Tarbes qui ne demande qu'à se renouveler (Vous chantez ? Venez chanter avec nous !) prolonge ainsi le fonds commun ancestral hérité de l'histoire et lui donne une autre dimension reconnue par ses seuls véritables juges, les spectateurs des concerts.Bonne et heureuse année 2016 autant que possible. Merci à toutes et tous pour la chaleur et la sincérité des sentiments exprimés.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes en concert dimanche (Auch, 7 janvier 2016)

C'est avec un immense plaisir que la municipalité de Lavardens, associée au restaurant de l'Aérodrome Auch-Lamothe, vous convie dimanche 10 janvier, à 10 h 30, à l'église, chauffée pour l'occasion, à participer à un concert exceptionnel. Voilà plus de 70 ans que la ville de Tarbes abrite l'histoire des cheminots de la gare, qui ont souhaité se regrouper pour chanter. Si les cheminots ne sont aujourd'hui qu'une des composantes du groupe qui s'est progressivement ouvert à tous les amateurs de chant choral, comme un orphéon rassemblant des hommes de tous horizons et conditions sociales, pour le seul plaisir du chant, l'aventure continue de plus belle et se diversifie toujours, au gré des inspirations et des opportunités de scène qui mènent les chanteurs des modestes tréteaux ruraux des villages aux plus grandes scènes du spectacle vivant, avec l'appui de toutes les techniques de l'image et du son. Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes sont un chœur d'hommes chantant à 4 voix, sous la direction musicale d'un chef de chœur diplômé par le ministère de la Culture, Bernard Noguès. Leur répertoire éclectique aborde tous les styles de chants : chants traditionnels des Pyrénées, chants du pays basque, chants de Noël… Ouvert à tous, entrée gratuite, participation libre. Un beau moment pour débuter cette nouvelle année.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Noël avec les Pyrénéens (Tarbes, 22 décembre 2015)

Inutile de les présenter. Les Chanteurs Pyrénéens sont depuis quelques décennies devenus des symboles musicaux de notre région. Tous les ans, ils ravivent notre flamme de Noël avec un concert tout en émotion en l'église Saint-Jean. Et cette année ne déroge pas à la règle puisque le 19 décembre, à 21 heures, ils se sont alliés à la formation de cuivres Les Fantaskes pour nous offrir un beau concert. De «Douce Nuit» à «Il est né le divin enfant», en passant par «Mon Beau Sapin», «Les Anges de nos campagnes», «Minuit chrétiens», «Christmas jazz» et quelques morceaux instrumentaux (comme un medley de Claude Nougaro), chaque musicien a mis tout son cœur pour offrir à un public venu en nombre, un beau moment. Un magnifique concert dans l'esprit des fêtes qui s'expatriera, le 29 décembre, jusqu'à Argelès-Gazost.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Sainte-Cécile. 6 chanteurs intronisés (Tarbes, 13 décembre 2015)

Six ! Oui, six nouveaux chanteurs intronisés lors de la fête de la Sainte-Cécile à Barbazan-Debat, le dimanche 22 novembre ! Beaux et fiers, les "perdreaux" de l'année 2015 ! Pourtant, ils n'étaient pas tous à leur aise pour passer ce dimanche redouté, sous le regard des anciens, attentifs à la qualité de la relève... Il en est ainsi chez les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes qui s’adonnent à cette tradition de la Sainte-Cécile, patronne des musiciens et par extension, du genre musical, des chœurs, et autres, après avoir chanté la messe catholique dans une église de l'agglomération tarbaise. Les Maires de Barbazan-Debat et de Tarbes ont accompagné cette journée de leur présence, se rendant ainsi compte de la vitalité du chœur dans son ensemble, sous divers angles, chantants ou récréatifs. Bonne chance aux nouveaux chanteurs dans le groupe... pour de très longues années !

LE NOUVEAU NIOUZESVIC : Le beau concert d'ouverture (Vic en Bigorre, 21 novembre 2015)

Pour la deuxième année, les fêtes de la Saint-Martin ont été lancées avec le concert des Chanteurs Pyrénéens en l'église Saint-Martin. Un chœur d'hommes inscrit dans le relais de la culture vocale, de l'histoire et d'un patrimoine pyrénéens, tout en ouvrant son répertoire à d'autres patrimoines chantés bien au-delà de la chaîne d'ouest en est ! Ainsi, une envolée vers la Russie rejoignant Bigorre, Béarn et Pays basque. À chacun des titres, une présentation du chant, du ou des solistes, avec une touche personnalisée. Concert et puis convivialité avec, après le court itinéraire de l'église jusque sous la halle, pour le cocktail de la Saint-Martin offert aux Vicquois, les voix des hommes des Chanteurs Pyrénéens mêlées à celles des festayres.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Folklore au Jardin Massey (Tarbes, 15 septembre 2015)

Pour finir en beauté la saison de Musique au kiosque, le jardin Massey a accueilli les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Les héritiers des cheminots de la gare nous ont enchantés avec des chants traditionnels du Sud-Ouest comme Montagnes Pyrénées, Bigorre, La canta de Yan, Boga boga, Hégoak, Kanta berri.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Ich bin au'sm Westerwald ! (Tarbes, 26 juin 2015)

Je suis du Westerwald, région allemande verdoyante du land de Rhénanie-Palatinat, comme un souffle frais. C’est ainsi que le Westerwald aime se décrire avec des paysages de campagne verdoyants et rafraîchissants, de vastes forêts et de paisibles vallées fluviales. Les habitants du Westerwald, les Wällers, sont très attachés à leurs racines et célèbrent souvent des foires et festivals locaux avec une grande fierté. C'était le cas, début juin, à Oberebach, près d'Altenkirchen, où se tient tous les 5 ans une Sängerfest, une fête où les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont l'honneur d'être invités, depuis 30 ans. 2015 fut une belle édition, aux termes mêmes des multiples témoignages spontanés de satisfaction que l'on peut lire sur la page Facebook des Chanteurs Pyrénéens, boostée par la récente émission de TV Midi en France par FR3. C'est la plupart du temps en anglais que s'est effectuée la communication entre chanteurs, sous l'impulsion des jeunes de chaque camp qui ont vécu durant 3 jours et 3 nuits de très beaux moments émouvants de concerts, de festivités diverses, d'amitiés sincères dont les chaudes larmes de l'inévitable séparation ont confirmé la fraternité transfrontière. Il est vrai que les Chanteurs Pyrénéens sont accueillis comme des rois dans cette région , d'abord pour le chant, forcément différent, et par l'attraction que constitue toujours le chœur en costumes de guides des Pyrénées. Ce n'est pas une légende, une foule nombreuse peut en témoigner, ainsi que les Maires d'Obererbach et d'Altenkirchen qui ont personnellement assisté à toutes les manifestations. Ce voyage au Westerwald fut une fois de plus mémorable, avec des attentions particulières comme la visite de la Cathédrale de Cologne aux tours parmi les plus hautes du monde avec leur architecture gothique. Tout est exceptionnel dans cet édifice rescapé de 262 bombardements de la 2ème guerre mondiale : les dimensions, les vitraux et la châsse des reliques des rois mages. Le point d'orgue de la fête est toujours le défilé des chars dans la ville costumée, décorée d'oriflammes et de drapeaux, avec des stations accueillantes devant certaines maisons dont les habitants offrent boissons et gâteaux dans une ambiance de carnaval du mois de juin. Ce sont de très beaux moments à vivre intensément, avant les longues heures de musique et de danse, entrecoupées de concerts, le jour et la nuit. Il va de soi que les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes n'ont pas été économes de leurs diverses prestations et l'actuelle génération prolonge les faits d'armes des précédentes dont les familles gardent le souvenir... dans l'attente de la prochaine Sängerfest !

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes en Aveyron (Tarbes, 12 mai 2015)

Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont profité du week-end du 1er mai pour s'exiler, en famille, en Aveyron. Un séjour au cours duquel ils ont retrouvé leurs amis du groupe Viva Voce, de Rousset (Provence) ; chorale dirigée par Annick Deschamps, artiste lyrique professionnel et maître de chœur de la cathédrale La Major de Marseille, entre autres. Une visite des caves de Roquefort en guise de mise en bouche, avant un concert commun en la majestueuse cathédrale Notre-Dame de Rodez. Érigé entre le XIIIème et le XVIème siècle, cet édifice de style gothique a vibré au son des voix des deux chœurs. Puis, ce fut au tour de l'abbaye cistercienne de Sylvanès d'accueillir les deux formations. Après la messe du dimanche matin, Viva Voce et les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont entonné quelques extraits de leurs répertoires, pour finir ensemble sur le «Sanctus» de Charles Gounod. Les pèlerins des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, de passage dans cette abbaye, ont pu profiter de la présence des Chanteurs Pyrénéens pour s'envoler, le temps d'un «Halte-là», sur les terres de la Bigorre.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens sur FR3 (Tarbes, 24 avril 2015)

Événement tenu secret dernièrement en l'église de Laloubère, où, exceptionnellement, le chœur choral dirigé par Bernard Noguès venait répéter au village. Patrick Vignes, Maire de la commune, et Frère Louis Marie se sont réjouis d'accueillir ce groupe en l'église, d'ailleurs M. le Maire est venu écouter un moment cette répétition, deux Laloubériens et non des moindres faisant partie du groupe : Érik Pamis, 1er ténor et soliste, et Bernard Simon, baryton et Président d'honneur. Invité très attendu, «France 3» et sa caméra. «Midi en France» est une émission hebdomadaire TV de «France 3». Chaque semaine, Laurent Boyer et son équipe découvrent une ville différente et dévoilent les richesses artistiques, culinaires, patrimoniales ou historiques des régions françaises. C'était cette semaine le tour de Tarbes pour une diffusion prochaine à la mi-mai. L'équipe de l'émission a donc multiplié images et interviews des principaux acteurs de la vie tarbaise. Sur le plan culturel, la chaîne a tenu à rencontrer les Chanteurs pyrénéens de Tarbes qui ont montré un aperçu de leur répertoire en l'église de notre village, choisie pour la circonstance pour son acoustique exceptionnelle. Au-delà du classique chant traditionnel orphéonique des Pyrénées, le chef de chœur Bernard Noguès a tenu à présenter les divers chemins de chants du groupe : chansons françaises, créations contemporaines, airs célèbres classiques, dont quelques extraits seront retenus pour l'émission au cours de laquelle quelques choristes expliqueront le sens de leur engagement vocal et culturel. À coup sûr, les Bigourdans ne manqueront pour rien au monde cette émission qui mettra en valeur leur beau département et un de leurs meilleurs groupes choral.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens en l'église (Aureilhan, 9 avril 2015)

La Société chorale cavalcade d'Aureilhan organise un concert avec les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes en l'église Saint-Gérin d'Aureilhan, samedi 11 avril, à 20 h 30. Entrée gratuite et participation libre. Pourquoi ce concert à Aureilhan ? Un lien très fort s'est créé au fil du temps entre les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes et la Société chorale cavalcade d'Aureilhan. Et il y a deux ans, la société a créé un char pour les 70 ans des Chanteurs Pyrénéens. Pour remercier les cavalcadiers, ces derniers viendront donc chanter à Aureilhan, pour le plaisir de tous. Un chœur d'hommes chantant à 4 voix, aujourd'hui sous la direction musicale d'un chef de chœur diplômé par le ministère de la Culture, Bernard Noguès, résonnera de ses chants traditionnels à l'intérieur de l'église d'Aureilhan. Mais des chants patriotiques et des chansons françaises composent aussi le répertoire des Chanteurs pyrénéens de Tarbes qui s'appuient avant tout sur le fonds commun du chant populaire pyrénéen avec le costume de guide des Pyrénées pour rappeler que ces hommes, serviteurs et amuseurs de leurs maîtres, ont ouvert et permis aux savants du siècle romantique la découverte et la connaissance de la région. 43 chanteurs composent ce groupe qui rassemble des hommes de 20 à 70 ans. Bien d'autres ont été formés pour évoluer dans des lieux de culte ou des salles de concerts, en France et à l'étranger. Samedi, l'aventure de ce chœur d'hommes passera par Aureilhan où il ne faut pas hésiter à venir. Les voix des Chanteurs Pyrénéens vous enchanteront.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Bernard Simon tourne la page (Tarbes, 13 février 2015)

«Au moment de clôturer pour la dernière fois cette assemblée générale que je présidais depuis douze ans, je suis ému de tourner la page, mais surtout très fier et honoré d'avoir présidé un tel groupe avec le soutien constant de tous les chanteurs.» Ainsi, Bernard Simon change-t-il de rive, vers une autre plus calme, au lendemain de ses 70 printemps. C'est peu dire que c'est un événement interne important pour une formation habituée à un certain management affectif et bienveillant, avec parfois quelques humeurs, mais toujours avec une profonde amitié et un grand respect des chanteurs qu'il aimait toujours voir se rassembler de manière consensuelle dans les épreuves, dans les joies, dans les avant comme les après-concerts et dans les secrets des vestiaires. Côté vestiaires, Bernard Simon en a connu un certain nombre depuis son engagement d'enfance dans le rugby et dans le chant depuis trente ans. C'est un homme qui a vécu intensément ces deux passions qui le dévorent, avec toutes les joies d'homme qu'elles procurent. C'est un inconditionnel du vieux Stadoceste tarbais qu'il a servi depuis l'école de rugby jusqu'à une finale de championnat de France. Puis, le second ou troisième ligne centre de devoir, viril mais correct comme on dit, a connu d'autres cieux comme Bagnères-de-Bigorre, Vic-en-Bigorre, Ibos, Ossun, Nogaro, avant de terminer sa carrière de joueur à 39 ans avec un titre de champion de France 3e division à Laloubère. Ensuite, il entame une carrière d'entraîneur ou de manager, toujours pas terminée, avec Laloubère, Idron, les cadets du Stado, les filles et actuellement les Espoirs du TPR. Meneur d'hommes naturel et spontané, il était donc président des Chanteurs pyrénéens de Tarbes où il s'était engagé après sa carrière de joueur de rugby. Un tel capitaine qui ne ménage pas trop sa monture force l'admiration et les chanteurs sont unanimes à saluer son talent, sa personnalité et son engagement à l'écoute attentive de chacun, pour un rien ou pour un peu plus, car on se confie toujours à son capitaine ou président quand on sait qu'il a le cœur sur la main et que son profond désir qu'il considère comme un devoir, c'est de chercher à conduire chacun vers le bon chemin de la route collective. Nous lui disions qu'il avait assez donné au rugby pour rester président plus longtemps, mais l'horloge était là pour passer la main de président et comme il ne peut abandonner ses passions dévorantes, il continuera encore dans le monde du rugby tarbais et restera chanteur de base, le temps de savourer quelques plaisirs de vie plus relâchée quand on n'a pas de responsabilités collectives. Sa famille, pour laquelle il sera plus disponible, peut être fière de son parcours et apprécie la dimension du père et grand-père attentionné. C'est aussi le paradoxe Bernard Simon, difficile à croire pour certains, tant l'«ourson» ou l'«ours» tarbais fut rude, mais qui est en réalité, pour ceux qui le connaissent bien, un homme de cœur et de famille, sensible comme une fleur bleue, toujours prêt à rendre service. D'ailleurs, sa chanson préférée est «La Rose de l'amour» qu'il dédie volontiers à son épouse, témoin proche d'une vie si accomplie. Changement de rive donc pour Bernard Simon qui lâche les rênes, mais que le conseil d'administration des Chanteurs pyrénéens a souhaité nommer président d'honneur, pour symboliser la fidélité, la reconnaissance, la complicité et l'affection des chanteurs à son égard.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Fantastique moment musical (Tarbes, 5 janvier 2015)

Jamais un concert de Noël des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes n'avait autant provoqué d’engouement, d’affluence (il a fallu à regret règlementer l’entrée pour des raisons de bonne organisation et de sécurité) et de satisfaction ensuite du public, dont tous les âges ont passé un excellent moment, original, et de grande qualité musicale. Le défi proposé par le chef de chœur Bernard Noguès était osé : présenter des chants de Noël de la plus pure tradition, associer musique classique, jazz, blues, revisiter en rythmes modernes des chansons enfantines ou des chants de joie et chanter l'espoir contemporain d'un nouveau temps qui rassemble (Noël est là, Noël ensemble). La formule inédite a beaucoup plu, comme les ovations redoublées et les témoignages des spectateurs l’ont exprimé. Ce produit de concert a glissé comme un cygne sur l'eau de Camille Saint-Saens et l’émotion était bien communicative. Ce succès est dû au talent des voix des chanteurs certes, mais aussi au formidable jazz band « Les Fantaskes », jeunes musiciens aguerris formés aux écoles de musique de Tarbes, Bagnères et Lannemezan, d’excellente réputation. Ils avaient délaissé leur musique festive d’expression habituelle pour se mettre au diapason d’un concert de Noël et comme la musique est universelle, cette reconversion ne leur a posé aucune difficulté. Bien au contraire, leurs interprétations classiques et leurs arrangements rythmiques endiablés sur des chants vieux de centaines d’années ont dynamisé, voire électrisé, les spectateurs qui ont oublié leurs soucis, ont swingué comme jamais, le temps d’un moment heureux, « déconnecté ». Après tout, la trêve de fin d’année n’est-elle pas l’occasion rêvée de transporter les gens vers des instants de bonheur ? C'est donc un sentiment de plénitude rare partagée qui a uni chanteurs, musiciens et spectateurs, samedi 20 décembre, à l’Eglise Saint-Jean de Tarbes, un concert qui fera date. Comme une recette de grand chef, l’alchimie a pris bonne tournure et cette composition réussie de concert a porté en transes supérieures le chef de chœur Bernard Noguès, nageant dans un grand bonheur musical... qui ne demande qu’à se renouveler, ici ou ailleurs. Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes sont heureux de ce mouvement créé et partagé par le chant et la musique, remercient sincèrement tous les spectateurs qui l'ont chaleureusement approuvé, s’excusent auprès de ceux qui n’ont pu trouver place au concert et saluent l'immense talent des musiciens "Fantaskes" qui l'ont amplifié. C’est sur ces notes enthousiastes que s’achève l’année musicale 2014 très riche des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes qui souhaitent à tous de passer d’excellentes fêtes de fin d’année.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Noël ensemble (Tarbes, 24 décembre 2014)

Les Chanteurs Pyrénééns de Tarbes ont fait comme chaque année, un petit détour par l'Eglise Saint-Jean de Tarbes. Cette fois accompagnés par les Fantaskes (formation de cuivres), le héritiers des chanteurs et cheminots de la gare nous ont offert une merveillause soirée. Tout a commencé par une interprétation de "Douce nuit" que les Chanteurs Pyrénéens entonnaient, rejoints par les musiciens des Fantaskes qui les accompagnaient sur plusieurs morceaux. Magnifique ! Dans la pure tradition des Chanteurs Pyrénéens, tous ont délaissé leurs chansons traditionnelles du pays pour venir fêter Noël ensemble avec des chants de circonstance, qu'ils soient religieux (Il est né le divin enfant) ou non (Mon beau sapin), (Noël est là), (La marche des rois). Noël pyrénéen, Noël provençal, Noël allemand, Noël français, les Chanteurs Pyrénéens et les Fantaskes nous ont offert un tour du monde magique pour notre plus grand plaisir. 

LA DEPÊCHE DU MIDI : Répertoire de Noël (Tarbes, 13 décembre 2014)

Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes se sont produits au coeur du village de Noël, Place de la Mairie, pour servir une jolie prestation faite de chants qui composeront leur répertoire pendant cette période festive. En effet, cette soirée donne le top départ de plusiurs concerts que les chanteurs offriront au public durant le mois de décembre.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Concert de Noël (Tarbes, 12 décembre 2014)

Depuis quelques années, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont pris l'habitude de clôturer l'année en cours par un concert de Noël à l'Eglise Saint-Jean de Tarbes qui connaît habituellement un grand succès populaire. Son affiche est préparée avec soin pour correspondre à la démarche des spectateurs qui viennent dans la diversité de leurs sensibilités entendre des chants de Noël traditionnels, des chants de foi, des chants contemporains, des chants de solidarité humaniste en cette période anniversaire de Noël, universellement reconnue et souhaitée comme un moment de paix et d'harmonie. Le répertoire éclectique des chanteurs permet tout cela avec une musique des mots qui s'efforce d'inspirer et d'élever l'interprétation du chant et de la musique. Après avoir invité une voix comme la cantatrice lyrique Annick Deschamps de Marseille, les Chanteurs Pyrénéens seront cette année en compagnie d'une jeune formation musicale locale de cuivres, les Fantaskes, qui apporteront leur fraîcheur, leur spontanéité et leur talent au concert. L'expression habituelle de ces 6 musiciens (cuivres, accordéon, batterie) à la réputation grandissante est assez éloignée d'un tel concert, mais ce sont avant tout de solides musiciens formés aux écoles de musique classique de Tarbes, Bagnères ou Lannemezan, qui sont aujourd'hui professeurs de musique pour la moitié et pour l'autre, employés du secteur privé travaillant juste le temps de pouvoir par ailleurs profiter intensément de leur grande et dévorante passion, celle de la musique festive, jouée ensemble depuis plus d'une dizaine d'années. Il seront pleinement présents, en toute conscience, pour sublimer le chant et la musique de ce concert de Noël, sous la direction générale du chef de chœur des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes Bernard Noguès, qui a écrit spécialement plusieurs harmonisations nouvelles pour cette occasion.Un beau moment à vivre en nombre et à partager en ce Noël 2014,

LA DEPÊCHE DU MIDI : Le bonheur d'un chef (Tarbes, 7 novembre 2014)

Au coin de l'œil devenu subitement humide, une larme se forme, grossit, bascule et roule lentement sur un visage buriné, ruisselant de sueur, témoin d'un effort intense. Elle révèle un instant de libération de toutes les tensions, un instant de joie profonde et de plaisir d'un chef de chœur qui a alors le sentiment du devoir accompli, d'avoir conduit ses chanteurs vers leurs sommets possibles et d'éprouver alors le sentiment d'avoir atteint le Graal des musiciens, bonheur suprême d'un chef d'avoir entendu lors d'un concert tous les accords qu'il souhaitait entendre des voix qu'il dirige. Ce moment rare, quête constante difficile mais parfois accessible, Bernard Noguès, chef de chœur des Chanteurs pyrénéens de Tarbes, l'a récemment éprouvé lors des concerts donnés à l'occasion de la réception d'un chœur d'hommes gallois qui avait drainé la grande foule dans les églises Sainte-Thérèse (Tarbes) et de l'Invention (Laloubère). Un engagement est d'autant plus fort qu'il est sincère et désintéressé, ce qui est le cas des Chanteurs pyrénéens de Tarbes. Bien avant le concert, Bernard Noguès entre en concentration, n'est pas à déranger pour des futilités, révise dans sa tête tout le programme avec ses difficultés et subtilités, s'interroge sur la forme et la présence des chanteurs : seront-ils parfaitement dans le match ? Durant le concert qu'il dirige entièrement sans partitions (comme d'ailleurs les chanteurs), il donne le ton, règle la puissance des voix de ses doigts, curseurs précis des sons voulus, lance au bon moment les solistes, les pupitres, encourage, roule des yeux transperçants, fronce les sourcils, signes d'approximations à éviter, gesticule, saute, grimace, swingue, vit pleinement sa musique de chaque goutte de son sang et de sa sueur et sourit, enfin si tout va bien, à la fin, si le son produit a été bon, si le public apprécie de ses applaudissements chaleureux, etc. Quand les spectateurs se lèvent spontanément après les dernières notes du «Sanctus» de la «Messe solennelle» de Charles Gounod (soliste Erik Pamis) qui ponctue en ce moment les concerts, c'est le signe d'une communion sous les voûtes, à travers ce chant si noble et si puissant qui résonne jusqu'à la stupéfaction. Le bonheur du chef est total, car Bernard Noguès a aussi écrit les harmonisations des quatre voix du chœur pour ce chant d'acclamation qui est habituellement interprété par les plus grandes voix solistes avec un orchestre de chambre. Ici, les instruments sont les voix des Chanteurs pyrénéens de Tarbes. Entre le chef et les chanteurs, point d'effusions démonstratrices : un regard suffit pour connaître le résultat, avec la réaction du public. Alors, quand de plus, la larme est là, l'inaccessible étoile est presque atteinte. C'est un bonheur simple, un bonheur amateur, mais d'une intense émotion, ciment de relations humaines profondes partagées. Les Chanteurs pyrénéens le vivent. Merci à tous les fidèles spectateurs des concerts d'en être les témoins vigilants.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Les Chanteurs Pyrénéens au Zénith de Pau (Tabes, 26 octobre 2014)

Après le succès remporté l'an passé sur la scène du Zénith de Pau, une deuxième aventure semblait incontournable, aussi, dimanche, à 15 h 30, tous les amoureux de la belle et bonne chanson française et de chants traditionnels, tous les amoureux des chants basques, bigourdans et landais, se retrouveront dans la salle du Zénith de Pau pour écouter et partager les émotions de ce nouveau spectacle qui verra, en tout début de première partie, les enfants d'Aire Singing, et vous serez enchantés par leur sincérité et leur professionnalisme. Le chœur mixte d'Aire Singing, au nombre de 80 choristes, dirigé par Laurent Debeze, sera de la partie et vous proposera un répertoire moderne et actuel. Puis, clin d'œil aux Compagnons de la chanson, le public découvrira «Les Compagnons tout 9» dans un éventail de belles chansons françaises. La vedette du spectacle, David Olaïzola, et les chouchous des Bigourdans, Les Chanteurs pyrénéens de Tarbes, dirigés par Bernard Noguès, seront omniprésents sur la scène pour interpréter des chants inoubliables ou d'autres qui verront le jour sur la scène du Zénith. L'on verra avec grand plaisir David Olaïzola et les Pyrénéens ensemble pour quelques morceaux, l'on verra David seul, les Pyrénéens seuls et quelques solistes des Chanteurs pyrénéens. Voici quelques morceaux qui seront interprétés : «Toque si gauze», «Le Passeur», «Kanta Berri», «Va Pensiero», «Potemkine», «Luccente Stella», «Les 3 Cloches», «Les Gitans», «On t'appelle l'ancien», et tant d'autres chants qui vous ferons vibrer.Après le succès remporté l'an passé sur la scène du Zénith de Pau, une deuxième aventure semblait incontournable, aussi, dimanche, à 15 h 30, tous les amoureux de la belle et bonne chanson française et de chants traditionnels, tous les amoureux des chants basques, bigourdans et landais, se retrouveront dans la salle du Zénith de Pau pour écouter et partager les émotions de ce nouveau spectacle qui verra, en tout début de première partie, les enfants d'Aire Singing, et vous serez enchantés par leur sincérité et leur professionnalisme. Le chœur mixte d'Aire Singing, au nombre de 80 choristes, dirigé par Laurent Debeze, sera de la partie et vous proposera un répertoire moderne et actuel. Puis, clin d'œil aux Compagnons de la chanson, le public découvrira «Les Compagnons tout 9» dans un éventail de belles chansons françaises. La vedette du spectacle, David Olaïzola, et les chouchous des Bigourdans, Les Chanteurs pyrénéens de Tarbes, dirigés par Bernard Noguès, seront omniprésents sur la scène pour interpréter des chants inoubliables ou d'autres qui verront le jour sur la scène du Zénith. L'on verra avec grand plaisir David Olaïzola et les Pyrénéens ensemble pour quelques morceaux, l'on verra David seul, les Pyrénéens seuls et quelques solistes des Chanteurs pyrénéens. Voici quelques morceaux qui seront interprétés : «Toque si gauze», «Le Passeur», «Kanta Berri», «Va Pensiero», «Potemkine», «Luccente Stella», «Les 3 Cloches», «Les Gitans», «On t'appelle l'ancien», et tant d'autres chants qui vous ferons vibrer.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Chant choral : un France-Galles de haute tenue (Laloubère, 21 octobre 2014)

Proposé à 17 heures, un dimanche, alors que le ciel était d'été, pouvait faire douter de la participation du public. Seulement le concert annoncé était de choix, les Chanteurs pyrénéens de Tarbes, aux voix puissantes, dirigés par Bernard Noguès, et le Chepstow Male Voice Choir, dirigé par Elaine Matthews. C'était une affiche alléchante et les connaisseurs ne s'y sont point trompés qui se sont rendus en nombre en l'église du village à l'acoustique parfaite. En première partie, nous avons écouté les «Pyrénéens» qui, s'ils ont chanté des classiques de leur répertoire, ont aussi interprété de nouveaux chants qui ont énormément plu à l'assemblée. Ce fut l'occasion pour la salle de découvrir ou redécouvrir Éric Pamis, enfant de Laloubère et ténor talentueux de ce groupe. C'est le chœur gallois, présidé par Aldwyn George, qui assurait la deuxième partie de ce concert éclatant. Un programme de chants bien choisi qui, si les voix sont moins puissantes que celles de nos Bigourdans, n'en sont pas moins mélodieuses, la prestation des deux ténors fut grandement applaudie et c'est debout que la salle a témoigné de son bonheur à l'écoute du célèbre «It's a long way to Tipperary» et de l'hymne gallois. C'est sous de nombreux applaudissements que les choristes ont quitté l'église du village à la fin de ce concert d'une très haute tenue. Au cours de son séjour chez nous, le chœur gallois a pu apprécier la gastronomie laloubérienne lors du buffet d'accueil préparé par Roberto et Sissi et lors du repas dégusté chez Bobine et Betty, le samedi midi. Quant à leur dernière soirée, ils garderont un formidable souvenir de leur réception au club-house du golf du Tumulus gentiment prété par Yves de Ginestet. Bernard Simon, président, et les membres du bureau des Chanteurs pyrénéens de Tarbes remercient la municipalité laloubèrienne, M. le curé Louis-Marie et frère Joseph, Josette Chéron et Annie Capdevielle, Robert et Sissi Continente, de La Bonne Fourchette, et Jean-Luc et Betty Sautedé, de l'hôtel restaurant des Pyrénées, pour le soutien et l'aide apportés lors de la visite de leurs amis gallois

LA DEPÊCHE DU MIDI : Chant. Les grandes voix des Pyrénées au Zénith de Pau (Tarbes, 26 octobre 2014)

L'événement musical de l'automne attendu par les nombreux amoureux "des grandes voix des Pyrénées" doit se dérouler le dimanche 26 octobre, à 15h30, dans la magnifique salle du Zénith de Pau. Pour ce tout nouveau spectacle, David Olaïzola s'est entouré des meilleurs et propose au public de découvrir la puissance des voix, la beauté des chants, le talent des musiciens qui s'exprimeront au cours d'un fabuleux voyage musical. La scène sera partagée par David Olaïzola et ses musiciens, le groupe vocal des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, l'ensemble mixte de 80 choristes de 15 à 80 ans, ainsi que Les Compagnons Tout 9. Ce spectacle sera dédié à Georges Bourdalés, lui qui fut une grande voix des Pyrénées et qui s'est éteint en début d'année. En première partie, les enfants d‘Aire Singing investiront la scène pour enchanter le public par un répertoire résolument moderne et actuel , sous la direction de «Tiotio», chef de chœur Laurent Debèze . Autre groupe présent : Les Compagnons Tout 9, en tenue de poilus d'époque, proposeront au public un nouveau répertoire naviguant entre Brel et Aznavour, Pagny et Moustaki ou encore entre Lama et Olaïzola. Les grandes voix des Pyrénées, c'est aussi, bien entendu, Les Chanteurs pyrénéens de Tarbes, sous la direction de Bernard Noguès. Ils présenteront des chants très divers tels que : «Le Passeur», «Potemkine», «La Montagne» , ainsi que les grands classiques des chants pyrénéens avec la participation des solistes du groupe, l'incontournable Bernard Simon, Christophe Loertscher, Daniel Fuxan, Georges Compagnet, Eric Pamis, Fabrice Carassus, Jean-Noël Pichon, Jean-Claude Manuel, Bernard Noguès, Francis Tauzin-Petit et David Olaïzola. Solistes, chœurs et orchestres donneront le meilleur d'eux même pour partager avec le public cette passion qu'est celle de la musique, du chant et de l'amour des Pyrénées, de Bayonne à Perpignan. Un spectacle complet et de haute tenue porté avec enthousiasme, confiance et sérieux par David Olaïzola, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, le groupe des Compagnons Tout 9, l'ensemble Aire Singing, avec le parrainage de la ville de Tarbes et de son Maire Gérard Trémège.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les bérets pyrénéens au pays des canotiers (Caussade, 14 octobre 2014)

Il y a plus de 70 ans, des cheminots de la gare de la ville de Tarbes avaient souhaité se regrouper pour chanter. Progressivement, le groupe s'est ouvert à tous les amateurs de chant choral, comme un orphéon rassemblant des hommes de tous horizons et conditions sociales pour le seul plaisir du chant. Depuis, l'aventure continue de plus belle et se diversifie toujours, au gré des inspirations et des opportunités de scène qui mènent les chanteurs des modestes tréteaux ruraux des villages aux plus grandes scènes du spectacle vivant, avec l'appui de toutes les techniques de l'image et du son. Samedi soir, en l'église Notre-Dame de Caussade, les quelque 300 personnes composant l'auditoire auront apprécié le répertoire éclectique d'un groupe abordant les styles les plus variés : les chants traditionnels d'Alfred Roland, comme «Montagnes Pyrénées», «La Chasse à l'isard», «Douce mélodie», les chants du Pays basque et d'inspiration locale; les chants contemporains occitans, mais aussi des extraits d'airs classiques célèbres comme «Tannhäuser», de Richard Wagner ou encore «Nabucco», de Giuseppe Verdi. Invités par le Lions-Club de Caussade-en-Quercy, en tenue traditionnelle de guides des Pyrénées, le béret vissé sur la tête, les chanteurs pyrénéens de Tarbes ont fait chavirer le canotier de Caussade. En préambule, la présidente Brigitte Brisson rappelait les missions menées par le Lions-Club, dont la dernière en date sur la Journée mondiale de la vue.

SUD-OUEST : Sommet d'émotion avec les Chanteurs Pyrénéens (Talais, 19 septembre 2014)

Le Maire Franck Laporte et l'association des Amis du patrimoine de Talais ont organisé samedi 13 septembre une soirée exceptionnelle avec le choeur des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Tout était exceptionnel : l'acoustique de l'église, la maestria du chef de choeur Bernard Noguès, du conteur Robert Domec qui narrait avec émotion et humour l'histoire de chaque chanson. Ces voix de montagnards ont fait vibrer le coeur du public qui n'a apu s'empêcher de se lever pour acclamer ces chanteurs. Cette merveilleuse soirée s'est poursuivie par un dîner où les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont continué à chanter tout le long du repas, pour le plaisir de tous. Frank Laporte et Colette Oroz, Présidente de l'association, ont remercié vivement tous ceux qui ont participé à la réussite de ce beau moment. Ils ont également remercié tous les habitants qui ont gentiment hébergé pour la nuit les chanteurs qui repartaient le lendemain pour un nouveau concert à Hourtin.

SUD-OUEST : Communion sous les voûtes (Talais, 15 septembre 2014)

Transporté par les accents des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes le public qui se pressait samedi soir dans l'église de Talais a - sans doute - ressenti pourquoi la Bigorre, avec Lourdes, constitue l'un des plus hauts lieux de spiritualité de la planète. L'acoustique exceptionnelle du bâtiment religieux amplifiait l'émotion lancée à pleins poumons par quarante hommes dans une communion polyphonique lyrique nuancée par le chef de chœur Bernard Noguès. Le dérisoire micro était certes utile au présentateur Robert Domec pour, en quelques mots sensibles, faire partager la passion pour les Pyrénées, la vie pastorale, la tradition chorale des peuples pyrénéens, élargie à une fraternité universelle spirituelle ou religieuse. Comme un seul homme, le public s'est levé sur les dernières notes du « Sanctus » de Gounod explosant sous les voûtes. L'ovation, prolongée par « When the Saints », s'est terminée par le partage de l'hymne pyrénéen "Se canto : Aqueros mountagnos... ». Le répertoire des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ne se limite pas au terroir dont ils perpétuent la mémoire et le costume. C'est pourquoi leurs voix puissantes résonnent au plus profond de l'âme et sont réclamées au-delà des limites de l'Hexagone. Le soir même, infatigables, ils animaient un repas à Talais. Simple exercice de chauffe pour les deux concerts prévus le lendemain à Hourtin. L'association des Amis du Patrimoine du Talais avaient organisé l'événement. La présidente Colette Oroz et Franck Laporte, le Maire, ont exprimé leur reconnaissance pour ces instants inoubliables.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Adieu Marc Franconie (Tarbes, 17 juillet 2014)

Nous eûmes beaucoup de mal à croire la nouvelle selon laquelle la vie de Marc Franconie s'était brusquement arrêtée sur une plage de Croatie. L'homme était si alerte, enjoué, plein de vie que les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes dont il fit partie durant 18 ans, étaient incrédules. Pourtant, c'était le cas et les images se mirent à défiler dans nos têtes et dans nos cœurs, car une telle tranche de vie commune ne s'oublie pas, se partage intensément entre chanteurs, après tant d'années de répétitions, de concerts et d'anecdotes de voyages. Depuis sa retraite de chanteur, notre ami Marc était l'un de nos plus fidèles et fervents supporteurs. Toujours le premier à s'inscrire pour la rencontre annuelle de la Sainte-Cécile dont il se faisait une joie, assistant quasiment à tous les concerts de proximité, il vouait un culte aux Chanteurs Pyrénéens. Ses yeux brillaient souvent d'émotion à leur écoute, heureux de participer aux évolutions du groupe et à la fin des concerts, il avait souvent des mots gentils pour les uns et les autres. C'était un homme simple et bon, un homme qui aimait les arts. Au-delà du chant, il avait des passions personnelles qui le faisaient jouer d'un instrument de musique (harmonica), participer au succès du Printemps des poètes de Juillan avec ses amis littéraires, s'adonner à la peinture et réaliser des maquettes très réalistes des châteaux-forts de Gaston Fébus qu'il souhaitait mettre à disposition du public scolaire, à des fins pédagogiques. Ces multiples activités l'occupaient pleinement et il en était très heureux. Dernièrement, en pleine forme, il était venu saluer les Chanteurs Pyrénéens à leur stand des casetas, lors des fêtes de Tarbes, en toute convivialité. C'est dire que sa disparition brutale et tragique a été durement ressentie par le grand nombre de ses amis qui s'associent à la peine immense de sa famille. Lors de ses obsèques, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont interprété plusieurs chants qu'il affectionnait particulièrement, extraits en particulier du répertoire de Nadau. Il était en harmonie avec ces polyphonies simples mais belles, avec ces mots de la vie quotidienne et de bon sens, avec cet hommage constant au terroir, aux hommes et à leurs valeurs qui les rassemblent. Une grande tristesse nous habite, tant cet homme de 80 ans était en pleine force de l'âge, pourrait-on dire, tant on voudrait toujours côtoyer des hommes modestes et humbles comme lui, mais riches de joie et d'humanité qui vous apportent vraiment, loin des paillettes dorées superficielles, des valeurs humaines inestimables, tant elles sont rares et nécessaires. Adieu Marc, nous chanterons pour toi. Ta vie fut si pleine de douces bontés que tu as données qu'elles te seront rendues éternellement, sur un fond de musique céleste envoûtante.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Music'en D'lyre : un beau succès (Miélan, 25 juin 2014)

Tout a débuté à la salle des fêtes par le concert de fin d'année des élèves de l'école de musique. Laurence Daugreilh a remercié les professeurs pour le travail accompli et toute l'équipe qui l'entoure. Les festivités se sont poursuivies à l'église Saint-Barthélemy où une immense foule était venue écouter les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Le public ne s'y est pas trompé et le dernier chant, «Montagnes Pyrénées», repris par tout le monde donnait des frissons. Pendant ce temps, le groupe «Zip Zap» avait commencé à donner des fourmis dans les jambes aux festayres sous la halle. Il ne restait plus à l'orchestre Calypso qu'à maintenir cette ambiance, ce qu'il a fait remarquablement.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Tarbes est là, pour faire chanter le coeur des tarbais ! (Tarbes, 25 janvier 2014)

«Tarbes est là, toujours là, Tarbes est là, pour gagner.» Voici le refrain joyeux, conquérant tel un hussard, que bientôt tous les Tarbais devraient reprendre en chœur à chaque fois qu’ils afficheront avec fierté leur attachement à la capitale bigourdane. Nul doute que la toute nouvelle chanson dédiée au chef-lieu des Hautes-Pyrénées rassemblera la population tarbaise autour des valeurs locales, nourries par la passion du rugby et la présence historique des hussards parachutistes, sans oublier le sage regard dominant du pic du Midi et la tradition du marché du jeudi. Et qui mieux qu’un auteur tarbais pour évoquer ces symboles forts de la ville et un musicien insoupçonné, dont l’attachement à sa ville n’est plus à démontrer, pour faire vibrer le cœur bigourdan. En effet, le compositeur de la mélodie qui accompagne le texte de François Gonneau, déjà présenté dans nos colonnes, n’est autre que Gérard Trémège qui nous révèle sa passion musicale. «Si je pouvais recommencer ma vie, je serais musicien», nous confie le maire de Tarbes qui a eu l’idée de créer pour sa ville «une chanson festive et facile à retenir». Comme c’est souvent le cas en matière de création, cette chanson est le fruit d’une rencontre fortuite entre les deux nouvellistes passionnés de musique et d’écriture. Chantée avec succès une première fois devant 3.000 personnes au Parc des expositions à l’occasion des vœux du maire de Tarbes, la chanson a été aussi appréciée lors du match victorieux Tarbes-Béziers où les supporters ont accompagné avec enthousiasme l’enregistrement de David Olaïzola et des Chanteurs pyrénéens. Ainsi, «Tarbes est là !» pourrait bien devenir un véritable hymne municipal tant son texte rappelle l’âme de la ville sur un rythme entraînant qui devrait enflammer encore le public du stade Maurice-Trélut lors du match opposant le TPR à Bourg-en-Bresse pour une possible 4e victoire consécutive, ce samedi. Cette nouvelle identité de Tarbes pourrait se décliner bientôt sous forme d’un logo évocateur de l’esprit tarbais.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Le chant des Pyrénéens... et des tarbais ! (Tarbes, 8 janvier 2014)

C'est par le biais des Chanteurs Pyrénéens que la municipalité avait décidé de donner le ton, mardi soir, en ouverture de la cérémonie des voeux. Un récital traditionnel agrémenté d'un titre inédit, chanté avec David Olaïzola : "Tarbes est là !". Une composition née de l'imagination de François Gonneau et ... Gérard Trémège. Tous deux se sont d'ailleurs joints aux chanteurs pour entonner le refrain : "Tarbes est là, toujours là, pour gagner".

LA DEPÊCHE DU MIDI : Ils ont fêté la Sainte-Cécile (Sarrouilles, 3 janvier 2014)

C’est dans notre commune, dans la salle des fêtes dernièrement restaurée et prêtée gracieusement par la municipalité, que les Chanteurs pyrénéens de Tarbes ont fêté la Sainte-Cécile. Très demandé ces derniers temps, le groupe a quand même trouvé un dimanche pour célébrer sa sainte patronne. Invités d’honneur à cette journée, Gérard Trémège, Maire de Tarbes, et Michel Jouanolou, Maire de Sarrouilles ; font partie également des invités les personnes, commerçantes ou non, qui les ont aidés au cours de l’année écoulée (quelques oublis, n’est-ce pas Jean-Luc ?). Le repas, succulent parait-il, a été préparé par la maison Cazaux, de Tournay. Le chanteur basque David Olaïzola était évidemment présent pour cette incontournable fête et les invités ont pu se régaler des nombreux chants interprétés par David et les Chanteurs pyrénéens, dirigés par Bernard Noguès. Outre les chants, diverses animations ont été présentées, toutes étant l’œuvre des chanteurs qui ne manquent ni d’idées ni d’originalité. Ce fut une Sainte-Cécile mémorable. À présent, quelques jours de repos avant d’attaquer la nouvelle année et l’apprentissage de nouveaux chants. Les Chanteurs pyrénéens de Tarbes vous souhaitent une heureuse et bonne année 2014 !

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Concert de Noël à Saint-Jean. Le message des Chanteurs Pyrénéens (Tarbes, 30 décembre 2013) 

Noël sur la Terre, chaque jour, tel est le message que les Chanteurs pyrénéens de Tarbes ont essayé de transmettre aux nombreux spectateurs de leur concert de Noël du 21 décembre, en l’église Saint-Jean de Tarbes, avec le concours du chanteur basque David Olaïzola. Ce concert de fin d’année avec un invité de marque est devenu au fil des années un événement incontournable qui draine un large public prenant d’assaut, de très bonne heure, les places disponibles. C’est un enjeu supplémentaire pour les chanteurs, attentifs à satisfaire les plus exigeants. Le message de ce Noël 2013 était de dire que l’amour que nous célébrons à Noël se vit au quotidien dans tous nos gestes de paix, de solidarité, de consolation et d’amitié. Le chant et la musique peuvent illustrer cet état d’esprit et les acteurs du concert s’y sont attachés. Les témoignages reçus montrent que l’objectif a été atteint sur le plan vocal et musical, par une association de chants traditionnels de Noël et de compositions qui, pour être contemporaines, sont devenues populaires. Il ne reste plus à chacun qu’à se souvenir de ces moments partagés et d’essayer de mettre en œuvre Noël sur la Terre, chaque jour. Merci à tous les spectateurs pour leur fidélité et bonne fin d’année.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Les Chanteurs Pyrénéens à Saint-Jean (Tarbes, 21 décembre 2013)

Les Chanteurs Pyrénéens ne sont plus à présenter dans la Bigorre ni hors les frontières. Ils serviront un concert de Noël avec David Olaïzola, samedi, en l’église Saint-Jean. Si le répertoire des Chanteurs Pyrénéens balaie le secteur du Pays basque jusqu’aux monts de la Bigorre, il est un moment incontournable et précieux pour eux, celui du temps de Noël et des chants traditionnels. Pour la quatrième fois, ils serviront un concert de Noël avec des chants spécifiques et partageront la scène avec le chanteur basque David Olaïzola, ce samedi 21 décembre, à 20 h 30, en l’église Saint-Jean de Tarbes. «Ce concert entre dans la programmation des fêtes de fin d’année, explique Robert Domec, chargé de communication. C’est un moment de partage avec ceux que l’on aime, que l’on affectionne, et nous l’offrons pour faire plaisir à ceux qui nous écoutent, tout en prenant du plaisir à chanter.» La magie des chants de Noël ! Il y a longtemps que ces chanteurs aux voix profondes ont compris que cette fête était un des temps forts qu’il fallait valoriser. À tel point qu’ils ont enregistré un délicieux et émouvant CD sur ce thème. Sur la scène de l’église Saint-Jean, le public aura la chance d’écouter la voix du Basque David Olaïzola, voix d’or ténor, qui noue depuis plusieurs années une profonde amitié avec les Chanteurs Pyrénéens. Ensemble, de façon articulée et harmonieuse, ils chanteront «Noël sur la terre, chaque jour». Les uns après les autres, ensemble, la reprise du répertoire promet d’être généreuse.Les projets des Chanteurs Pyrénéens sont foisonnants puisqu’ils envisagent en 2014 une trentaine de concerts, dont leur participation au Festival de musique militaire pour lequel ils apprennent plusieurs chants patriotiques sur le thème de la guerre de «14-18» durant lequel ils recevront leurs amis du chœur gallois de Chepstow et  un chœur belge pour les fêtes de Tarbes. En juin 2014, ils s’envoleront en Alsace pour participer au Festival des chœurs d’hommes et le 26 octobre, ils feront leur second Zénith de Pau avec David Olaïzola.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Nouvelle Mairie inaugurée (Angos, 21 décembre 2013)

Une foule impressionnante s’est déplacée dans le village afin d‘honorer l’invitation du maire Jean-Christian Amaré et son conseil municipal à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle mairie. Toutes les personnalités du département sont présentes ou représentées. Cette inauguration, organisée en deux phases distinctes, commence par l’accueil du Maire, suivi de la coupe inaugurale du ruban tricolore par M. le Secrétaire général, alors que retentit une magistrale «Marseillaise», interprétée par le groupe des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, avant la visite de la nouvelle mairie. La seconde phase se déroule dans la salle des fêtes située en bas du village, ou tour à tour les personnalités présentes prennent la parole à la suite du Maire Jean-Christian Amaré. Celui-ci rappelle le long cheminement des phases précédentes avant d’aboutir à l’inauguration de ce jour... Cette belle inauguration se termine en chansons avec le groupe des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, autour d’un buffet et du verre de l’amitié.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Ils entrent dans la carrière (Tarbes, 6 décembre 2013)

«Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus», etc. Ce sont des paroles d’un couplet de «La Marseillaise», sauf qu’au cas particulier, les aînés sont toujours là et bien là, puisqu’il s’agit des Chanteurs pyrénéens de Tarbes qui viennent d’accueillir deux nouveaux membres, qualifiés à l’issue des «épreuves» de la Sainte-Cécile, fêtée cette année à Soues le matin et à Sarrouilles l’après-midi, au cours d’un banquet mémorable, animé par moult chants et divertissements, en présence des maires de Sarrouilles et de Tarbes, des anciens chanteurs et d’amis proches. C’est en effet une tradition remise au goût du jour pour sélectionner de bons chanteurs que des aspirants fassent la preuve qu’ils peuvent aussi chanter, seuls, devant une assemblée qui rend ensuite la sentence, comme aux jeux romains du cirque, le pouce levé ou vers le sol. Nos apprentis 2013 furent ainsi brillamment admis. Thierry Belzunce est un grand gaillard à qui on ne cherche généralement pas des poux sur la tête. Son physique imposant et ses oreilles en «chou-fleur», qui ont largement œuvré au ras du sol (il est d’ailleurs artisan carreleur), évoquent l’ancien joueur de rugby de Castelnau-Magnoac et de Lannemezan durant vingt ans où il s’illustra en vaillant 2e ligne de devoir. Il chante tout le temps, du matin au soir, démontrant ainsi une joie de vivre et des aptitudes vocales qui se remarquent. Heureux hasard de l’histoire (vraie), c’est sur un chantier de bâtiment que le chef de chœur Bernard Noguès, qui passait par là, entendit un jour cette voix sûre et joyeuse. Il se mit en quête de rencontrer l’intéressé et l’invita (ou l’intima) à venir assister, puis participer aux répétitions hebdomadaires. Thierry n’a plus quitté le groupe depuis et porte désormais fièrement le costume. Il avoue avoir trouvé une nouvelle famille, solidaire, qui lui ouvre des rencontres humaines de tous horizons auxquels il ne pensait pas. Jérôme Rey est beaucoup plus jeune et travaille à la Semi Tarbes. Né dans cette ville face à la montagne, il ne faut pas s’étonner si c’est un sportif accompli qui encadre de jeunes skieurs comme moniteur fédéral et s’adonne à la plongée sous-marine sur la Côte Basque où il dispose d’un bateau. C’est un chanteur naturel, spontané, issu des rencontres chantantes de convivialité et de fête, qui souhaitait entrer dans un groupe organisé de chant. Tarbais, il connaissait bien sûr les Chanteurs pyrénéens et sur la proposition du soliste Georges Compagnet, il osa franchir le pas… qu’il ne regrette pas, avec des débuts partiels au Zénith de Pau ! Voilà nos deux chanteurs lancés dans la carrière pour renforcer le pupitre des deuxièmes ténors, après avoir interprété des chansons du regretté Georges Moustaki. Autre tradition, il faut maintenant qu’ils sont dignes d’être Chanteurs pyrénéens, les habiller et ce n’est pas une mince affaire pour l’un d’entre eux !

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Fortissimo, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes au Zénith de Pau ! (Tarbes, 23 novembre 2013)

Plus de 2000 personnes avaient pris place au Zénith de Pau pour venir découvrir le spectacle des grandes voix des Pyrénées. Programme éclectique qui a enchanté jeunes et moins jeunes. C’est une déferlante musicale qui a duré près de 3 heures sans aucun signe de faiblesse tant l'intensité et l'émotion était palpable dans les voix de tous ces interprètes. Sur scène, chacun voulait tout donner : sa voix, son cœur, sa sensibilité et sa fibre artistique et cela, le public le ressentait. Ce fut, tout au long du spectacle la fusion parfaite de la musique et des mots dans les créations musicales inédites ou le ténor David Olaïzola se sentit porté par les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Au zénith, en cet après midi de novembre c’est 37 chants que le public a entendu (en voici quelques uns : Halte-là, Kalinka, Granada, Fleur de Bruyère, Couleurs de l’amitié, le dimanche a 15h, Chœur des soldats, Pierre, Toulouse, La quête, Potemkine, La Montagne…). Un répertoire si varié que l’on a pu applaudir les plus grands succès de Ferrat, les compositions et les arrangements de David Olaïzola et ses musiciens, des chants du folklore Pyrénéen, Basque et Landais, la belle prestation de Christophe Loetscher dans son interprétation de Ma France et Fleur de Bruyère, l’on a pu également découvrir les nouveaux tableaux que sont Le passeur, l’Aventure en chantant que David Olaïzola a chanté avec des solistes du groupe des chanteurs Pyrénéens et moment d’émotion avec la venue sur scène de Pierre Albaladéjo qui est venu en toute simplicité saluer le public et chanter La Dacquoise. Comme l’a dit Bernard Nogès, chef de chœur des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, « l’on a entendu de belles harmonies des voix et de la musique dans une rigueur toute calculée et d’une infinie justesse. Pour cet unique concert au Zénith, les spectateurs ont découvert des voix puissantes, timbrées, colorées, laissant filtrer l'émotion dans toutes les nuances. » Ce fut un spectacle d’une haute facture musicale et que le public se rassure, déjà de nouvelles partitions sont en préparation et pourquoi pas ne pas rêver de retrouver tous ces chanteurs sur une autre grande scène. Peut-être en 2014.

 

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Les Grandes Voix des Pyrénées sur scène (Tarbes, 22 novembre 2013)

Du pays basque aux monts de la Bigorre, les sources chantent, les collines fredonnent et, tour à tour, les refrains on entonne, pour que résonnent les vallées aux voix d'or. Ainsi, chante David Olaïzola qui vient du Pays basque et les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes s'associent volontiers à sa démarche de présenter les Grandes Voix des Pyrénées dans un même spectacle musical. Pas plus que la nature ne reste figée dans un musée du passé immuable, si les voix traditionnelles pyrénéennes sont là, bien présentes avec leur puissance, leur douceur, leur légende, elles savent aussi s'adapter aux rythmes et aux musiques d'aujourd'hui, sur tous les terrains que savent s'approprier des chanteurs talentueux d'un terroir, d'un pays, de la chaîne des Pyrénées. Cette rencontre de la tradition et de la modernité, du Pays basque et de la Bigorre, de la chanson du terroir et de la chanson française, sur fond de musique symphonique inspirée, est une aventure, une aventure en chantant. Elle est belle cette aventure, permise par les valeurs du cœur et de l'amitié d'hommes de chant et de passion. C'est la passion de chanter son pays et ses valeurs. C'est la passion de chanter le rugby du Sud-Ouest et de rendre hommage à la terre des ancêtres des autres que l'on respecte. C'est la passion d'aider de manière désintéressée un ami ou un inconnu en difficulté pour le mettre à l'abri dans le secret d'un passage. C'est la passion de la patrie que l'on encourage. Cette rencontre, cette aventure en chantant, ce spectacle, donne des émotions, des frissons. Ce sont les Grandes voix des Pyrénées qui, en ce dimanche 10 novembre après-midi au Zénith de Pau, s'étaient rassemblées pour un spectacle musical de 3 H, suivi par plus de 2000 spectateurs conquis par la variété de la mise en scène, le talent des divers intervenants et par les rythmes et musiques originales accompagnant la plupart des pièces. Ces sonorités nouvelles ont manifestement apporté une fraîcheur et une modernité sur cette grande scène avec ses dimensions et des éclairages qui transportent le public. De grands moments ont été vécus. David Olaïzola est le seul homme du moment capable de rassembler des basques, des béarnais, des landais et des bigourdans autour de son chant et de sa bonne humeur communicative ! Pour les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, ce fut la consécration d'une génération de chanteurs et de solistes talentueux pouvant s'exprimer dans les meilleures conditions de scène. Ainsi Erik Pamis (Halte-là, Mon amic, Neguko), Francis Tauzin-Petit (Halte-là, Neguko), Daniel Fuxan (L'amour du berger), Fabrice Carassus (Simon), Christophe Loertscher (Neguko, Fleurs de bruyère, Ma France, Potemkine), Georges Compagnet (O sole moi), sans oublier le Président Bernard Simon jouant la scène du passeur des Pyrénées, tinrent les premiers rôles soutenus par les 43 chanteurs rejoints en fin de spectacle par d'autres choristes aturins et dacquois pour l'Encantada de Nadau. Oui, ce fut l'envol des Grandes Voix des Pyrénées dans un spectacle d'un genre nouveau. Merci à tous les acteurs discrets et premiers de cette aventure en chantant, dirigée par le chef de chœur Bernard Noguès, swinguant comme jamais dans sa direction musicale des chanteurs et des musiciens, auteurs d'une belle performance de création contemporaine symphonique sublimant les voix. Un nouveau CD Voix des Pyrénées édité à cette occasion reçoit déjà l'accueil qu'il mérite, de la part d'un public ravi de cette synthèse des voix traditionnelles accompagnées de musiques d'aujourd'hui. Un rêve de concert s'est réalisé : permettre au chant traditionnel de se produire, d'évoluer et de goûter à une grande scène dotée de tous les moyens techniques de valorisation d'un spectacle vivant grand public. David Olaïzola et les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes y sont parvenus et c'est à renouveler. C'est beau la vie !

VOSGES Matin : Trois choeurs vibrer les auditeurs ont fait (Senones, 14 octobre 2013)

Le Choeur de Tarbes, le Choeur d'hommes de Riquewihr et le Choeur d'hommes des 3 Abbayes, étaient récemment réunis devant l'autel de l'abbatiale, le temps d'un week-end. Le samedi à 21 H, l'église affichait complet et refusait plusieurs mélomanes. Le public n'a aps regretté son déplacement car dépaysement et enchantement étaient bien présents avec la première apparition, celle du Choeur de Tarbes, composé de solides montagnards coiffés de l'indispensable béret : 40 voix réunies, l'émotion était à son comble avec l'interprétation de chants traditionnels du pays. Que dire de la salve d'applaudissments et de rappels qui ont salué cette brillante entrée en matière (...)

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : L'harmonie des voix tarbaises (Tarbes, 25 septembre 2013)

De temps immémoriaux, les Pyrénéens ont aimé chanter et la richesse de leur folklore montre l'attachement, à travers les siècles, à cette forme d'art qui s'est perpétuée de génération en génération, enseignement oral au départ car il était l'oeuvre de couches populaires avant de devenir savant, donc écrit. Pour des fêtes ou des veillées, on se retrouvait entre parents et amis et tout naturellement est venue cette forme d'expression, en fait plus spontanée car elle exprime des sentiments naturels. Au départ, la mélodie était un unisson; puis, au fil des retrouvailles, est venue une seconde voix, intervalle simple, souvent de quarte avant que l'étude musicale et son écriture n'aboutissent à la polyphonie "savante". La musique naissait à la fois dans l'église, pour chanter les louanges divines,  et à la fois dans les réunions familiales et amicales pour chanter la vie de chaque jour, ses peines, ses joies et le pays où l'on vivait.  Ainsi, peu à peu, sont nées les chorales et les Pyrénées en comptent de nombreuses, souvent à voix égales. Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes sont l'une d'elles et elle s'est fait connaître à travers la France et l'Europe par son interprétation intelligente et sensible de son répertoire. Cinq ans après "Caminam", les Chanteurs Pyrénéens donnent un nouveau rendez-vous à leurs amis avec un nouveau CD qui s'appelle "De cap au som". Cette montée vers le sommet est une nouvelle étape pour le choeur tarbais qui, au fil des années, se renouvelle tant dans les rangs des choristes que dans son répertoire pour découvrir et faire découvrir d'autres répertoires, d'autres horizons musicaux. Ce nouvel enregistrement montre la progression du choeur qui ne se lasse pas de chanter les airs folkloriques de notre pays, mais qui sait aussi aborder d'autres répertoires avec bonheur et avec talent.On trouve ainsi dans ce nouveau disque, des compositions du groupe béarnais Nadau ou des negro-spirituals, mais aussi des morceaux classiques de Weber, Wagner ou Gounod, dont le magnifique "Sanctus" de la "Messe solennelle de Sainte-Cécile", amoureusement harmonisé par le chef de choeur du groupe, Bernard Noguès. Les Chanteurs Pyrénéens maintiennenet une tradition, celle du bien chanter et ils peuvent en être fiers, comme les tarbais peuvent être fiers d'eux et de la notoriété qu'ils apportent partout où ils se produisent.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : A pleines voix (Visker, 17 septembre 2013)

La haie d'honneur radieuse des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes accompagnant la sortie de la centaine de spectateurs du concert donné en l'Eglise de Visker illustrait l'excellente soirée passée à l'écoute d'un répertoire varié commençant par des chants traditionnels et se terminant par un majestueux Sanctus de Charles Gounod, chanté à telles pleines voix que l'on en frissonne encore. Les chanteurs ont su captiver le public, conquis par les voix douces ou puisantes des Chanteurs Pyrénéens, tout au long d'une soirée organisée avec succès par l'Association des Amis de Jean-Baptiste et le Foyer de Visker. Ce fut un voyage musical inspiré en grande partie par les chants du nouveau CD 2013 des Chanteurs Pyrénéens qui firent ainsi aux viskerrois l'honneur d'une avant-première, peu avant la présentation officielle de cet enregistrement à Tarbes. Après les vacances d'été, ce concert de rentrée fut unanimement apprécié et salué comme un moment rare parmi les évènements locaux, en raison de l'intensité des moments partagés. Merci à tous ses acteurs.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Magnifique concert des Chanteurs Pyrénéens, (Pontacq, 6 avril 2013)

Organisé par la commision Animation de la municipalité pontacquaise, ce concert en l'Eglise Saint-laurent, donné par les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, fut une réussite : une assistance nombreuse estimée entre 180 et 200 personnes, un groupe choral d'une quarantaine de chanteurs, des hommes uniquement, un chef de choeur énergique et aux gestes précis, un excellent présentateur, des tenues traditionnelles bigourdanes, la puissance des voix respectant toutefois de douces nuances, une acoustique parfaite de l'édifice religieux, les encouragements et l'attention d'un public conquis. Le répertoire, en première partie, chanta surtout les Pyrénées, les montagnes, les montagnards, les gaves, les bergers, la Bigorre, ..) et fut plus varié après la pause et très apprécié. Une bonne soirée assurément en compagnie de ce groupe qui a vu le jour à la gare de Tarbes, grâce aux cheminots aimant chanter ensemble.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Noël lyrique enchanteur (Tarbes, 29 décembre 2012)

 C'était l'affluence des grandes soirées à l'Eglise Saint-Jean, samedi 22 décembre, pour le concert annuel de Noël des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes qui avaient invité la chanteuse lyrique de Marseille, Annick Deschamps. L'idée d'associer de manière alternative des chants traditionnels ou contemporains de Noël et une telle artiste pouvait paraître singulière, mais la formule a connu un grand succès, tant par la foule des spectateurs que par leur satisfaction du contenu d'une telle soirée, magique d'un bout à l'autre. Si les 43 Chanteurs Pyrénéens en activité firent entendre leurs pleines voix sur des chants connus ou nouveaux pour eux comme Nadau ta Baptista ou Noël blanc, la grande vedette de la soirée fut incontestablement la voix d'Annick Deschamps, ravie de se produire à Tarbes, avec le choix de chants lyriques qui se marièrent fort bien avec le thème de Noël. D'emblée, le public comprit que c'était une grande voix, à la fois claire et pure comme du cristal, mais également puissante, générant une rare qualité d'émotion et d'attention à son écoute devant tant de talent et de métier, sachant provoquer une réelle communion avec le public. Nous avons pu l'entendre en particulier sur l'Ave Maria dit de Caccini (un moment intense, stupéfiant, quasiment irréel), de Piazzola et sur des airs de la Norma de Bellini, de la Tosca de Puccini, etc... Le public ne se trompa pas sur la grande qualité de l'ensemble du concert en réservant des applaudissements chaleureux à tous les acteurs et notamment à la cantatrice qui fit aussi connaître son grand cœur en accordant des compliments généreux aux Chanteurs Pyrénéens pour leur prestation, satisfaite aussi, elle qui dirige en chantant un chœur important et un ensemble instrumental, de l'interprétation du Sanctus de Gounod dont elle avait communiqué la partition au chef de chœur Bernard Noguès , il y a 2 ans, qu'elle félicita particulièrement pour l'écriture de l'orchestration vocale, jugée très réussie. Celui-ci, épuisé mais heureux, vivait un intense moment de bonheur et d'émotion devant l'aboutissement d'un travail important, comme l'approche d'une inaccessible étoile qui grandit. Le mot de la fin était pour le Président Bernard Simon, fier de voir des Chanteurs Pyrénéens épanouis, heureux de bien vivre ensemble, pendant et après-concert, en cette année 2012 de leurs 70 ans.

LA DEPÊCHE DU MIDI : On a fêté Noël avec les Chanteurs Pyrénéens (Ozon, 29 décembre 2012)

Organisé par le Foyer rural et animé par les Chnateurs Pyrénéens, le concert de Noël a connu un beau succès. La centaine de personnes qui avaient pris place sur les bancs de l'église, ouverte à cette occasion, ont pu apprécier la qualité des voix de cet ensemble, hautement dirigé par Bernard Noguès, qui a interprété de merveilleux chants de Noël du répertoire traditionnel ou contemporain.  Par la suite, tout ce petit monde s'est retrouvé à la salle des fêtes où l'on a offert vin chaud et gâteries. Une excellente façon de fêter Noël au village et de remercier le groupe des Chanteurs Pyrénéens qui ont accepté d'honorer cette belle soirée.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Nouveaux Chanteurs Pyrénéens de la Sainte-Cécile (Tarbes, 8 décembre 2012) 

Rue des trois matelots à Nantes, il y a des filles qu'ont le sang chaud... Nous l'avons entendu l'autre dimanche cette chanson populaire gaillarde bretonne et bien d'autres, lors des agapes de la Sainte-Cécile 2012 des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes à Angos. Les trois matelots du jour étaient trois nouveaux chanteurs qui revêtaient pour la première fois le costume, après une période de formation. Faisons connaissance avec eux qui participent au renouvellement constant du groupe et aussi à son brassage social, pour le plus grand enrichissement de tous. Marc Trépout, éducateur à Tarbes, est un solide gaillard de Burg, ancien joueur de rugby qui a connu le chant à cette occasion, dans les vestiaires d'après match et ailleurs : chants qui saluent la victoire ou soulagent la défaite. La belle chanson pyrénéenne du joueur de pipeau fut sa chanson initiatique, interprétée avec émotion et conviction pour entrer dans la famille. Fabrice Pouvereau, n'est pas de la région, mais habitant Moulédous, en découvre tous les jours sa culture et son bonheur. Professeur d'histoire et de géographie au collège de Tournay, il baigne désormais dans l'histoire locale qu'il découvre à pleines dents, en souriant et avec un talent certain de chanteur ayant soif d'apprendre. La tâche paraît immense pour tout débutant, mais le futur succès se forge à chaque répétition, concert ou troisième mi-temps, au contact rapproché des anciens au répertoire encyclopédique. Mickaël Louit est le plus jeune avec ses 18 ans qui en font le benjamin du groupe, ravissant ainsi cette place enviée à Anthony qui va sur ses 22 ans. Etudiant STAPS à Tarbes où sont ses racines, Mickaël est fort talentueux avec une voix de ténor fraîche et assurée. Mon Dieu, qu'il est à son aise... sur la Piémontaise, vieux chant militaire dont il existe plusieurs versions en France et en Suisse, ayant pour origine une expédition dans le Piémont italien au 19ème siècle.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : David OLAÏZOLA et les Chanteurs Pyrénéens (Tarbes, 7 novembre 2012)

Voix d'or dans la légende des grandes voix de ténors du du pays basque, David OLAÏZOLA est récemment venu à Tarbes animer avec ses musiciens, un dîner-spectacle organisé par les Chanteurs Pyrénéens, à l'occasion de leur année anniversaire 2012. Sa voix jaillit, claire et pure comme la source d'un gave, s'envole vers les plus hautes cimes, survole monts et vallées, s'arrête un instant aux portes closes d'un vestiaire de rugby, au mur d'un banc de fronton, aux images d'enfance d'un village de France. Elle se pose, puis repart, apaisée, assagie, pour mieux ensoleiller le frileux de nos villes. Et cette voix, ample et tendre à la fois, belle et chaleureuse, s'évade, bondissant par delà toute frontière, pour nous atteindre, dans son émotion et sa sincérité, au plus profond du cœur, dit Eric Platel. Près de 400 participants privilégiés ont été les témoins de cette soirée privée de prestige qui a connu un énorme succès par l'ambiance, la qualité du dîner, la prestation du chanteur et aussi par la présence de tous les Chanteurs Pyrénéens, heureux de fêter ainsi en bonne compagnie leurs 70 ans. Non seulement David Olaïzola est un formidable chanteur, mais sa simplicité et sa gentillesse allant à la rencontre de tous, de table en table, pour échanger quelques mots, sourires ou formules enjouées, ont gagné les cœurs... impatients de retrouver un jour tous ces acteurs réunis. Il est vrai que plusieurs scènes de la région ont déjà accueilli ensemble le chanteur basque et les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, formule de concert qui ne demande qu'à s'améliorer. Les cœurs sont bien près de s'entendre quand les voix ont fraternisé, écrivait avec justesse et admiration Pierre-Jean de Béranger à Wilhem, compositeur, initiateur du mouvement festif et musical de masse des orphéons. Bien qu'ancien, ce mouvement demeure. Puisse t-il s'étendre à tout un monde divisé, pour le réunir par le chant. Les acteurs de ce dîner-spectacle du 27 octobre à Tarbes le souhaitent ardemment et l'amitié basco-bigourdane qu'ils ont démontrée ne demande qu'à prospérer utilement.

SUD-OUEST : Le charme des chants pyrénéens (Sainte-Foy la Grande, 7 novembre 2012) SuSuSuSu 

Sublime, gandiose : tels furent les qualificatifs entendus à la sortie de l'Eglise Notre-Dame de Sainte-Foy la Grande, à l'issue du concert des grandes voix des Pyrénées, dimanche dernier. L'affiche était alléchante et le public ne s'y est pas trompé en venant remplir la totalité des travées jusqu'à l'arche de sortie. Dans la nef, les choristes trabais ont su déployer toute la palette de leur talent. Les grands airs du folklore pyrénéen et russe ont été parcourus, amis aussi quelques évocations de Brel, Ferrat, Trénet ou encore des Compagnons de la Chanson, ont agrémenté l'après-midi. Dans ce registre étoffé, David OLAÏZOLA, le ténor basque, a activé ses gammes les plus audacieuses et fait tinter sa voix claire et puissante avec brio. L'Ambassadeur chantant de l'Aquitaine est venu s'intercaler entre les basses solo, barytons et ténors pyrénéens, telles celles de Francis Tauzin-Petit, Daniel Fuxan, Alain Berthoud, Christophe Loerstcher et Fabrice Carassus. Un rythme parfait, tenu sous la férule du Maïtre de Choeur Bernard Noguès. Le choeur d'hommes à quatre voix entourant le ténor basque offrit un écrin de diamant à sa voix d'or.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Un grand concert offert par les Chanteurs Pyrénéens ! (Laloubère, 30 octobre 2012)

 Un    Un concert de qualité a été offert par les dacquois et les tarbais. Invités, l'an passé, à participer au 9ème Festival Entre Voix, à la Cathédrale de Dax, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont reçu à leur tour le choeur d'hommes du Cercle Choral Dacquois, composé d'une cinquantaine de choristes. Belle assemblée en l'Eglise de Laloubère pour venir écouter ces voix puissantes et harmonieuses qui ont été applaudies comme il se doit. Tous les chanteurs se promirent de se reztrouver l'an prochian en terre landaise.

ARTS CHEMINOTS : 70 ans de chants traditionnels des Pyrénées (Paris, septembre 2012)

VoilVoil  Voilà 70 ans que la gare de Tarbes résonne de voix à l'occasion de répétitions, concerts ou départs en tournée depuis qu'en 1942, des cheminots ont voulu chanter ensemble pour devenir, plus tard, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Ce choeur d'hommes à 4 voix est une école de chant d'abord, une école de vie ensuite et une aventure formatrice et culturelle auxquelles plusiurs centaines de chnateurs ont participé, avec quelques mille cinq cents concerts publics organisés à raison d'une trentaine chaque année. Cet anniversaire ne devait pas passer inaperçu par respect de l'histoire commune. L'année 2012 connaît ainsi plusieurs initiatives et manifestations symboliques destinées à en préciser le sens : 7 au total.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Concert à guichets fermés (Laloubère, 3 octobre 2012)     

Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, dirigés par Bernard Noguès, ont chnaté la messe célébrée par Frère Joseph, lors de la fête du village. Ils fêtent cette année le 70ème anniversaire de la création du groupe et organisent pour cet évènement une soirée Dîner-spectacle-Bal, le samedi 27 octobre, en compagnie du chanteur basque David Olaïzola. Cet anniversaire devait se fêter à la Maison des Associations de Laloubère, mais très vite, il s'est avéré que la salle serait trop petite car les inscriptions furent très, très nombreuses. Changement de lieu pour l'évènement qui s'annonce grandiose. C'est au Hall n°4 du Parc des Expositions de Tarbes que se déroulera la soirée. A ce jour, les inscriptions sont closes, toutes les places ayant été attribuées. Franchement, ils auraient dû réserver le Stade de France. Ils sont trop forts !

SOUTH WALES "ARGUS", "FREE PRESS", "CHEPSTOW REVIEW" : Le choeur français enchante la ville (Chepstow, 6, 8, 10 juin 2012)

Le mot français "entente" veut dire "Harmony" en anglais. Il ne fait aucun doute que lors du concert du 26 Mai, l'entente s'est faite éminemment cordiale. L'assistance, dans un église bondée, a adhéré à cette entente en offrant une standing ovation à la fin du concert. Ce concert annuel du choeur d'hommes de Chepstow était partagé par un choeur du sud-ouest de le France : les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, avec lequel le choeur de Chepstow entretien une longue amitié. Il s'agissait de la 4ème visite du choeur français à Chepstow et peut-être la plus mémorable pour entamer les festivités de leur 70 ème anniversaire. Les visites sont réciproques et Chepstow a été invité à Tarbes en 2014, invitation reçue avec enthousiasme. Le week-end a naturellement été rempli de musique, libre à chacun de lancer une nouvelle chanson ! Le samedi matin, les deux choeurs ont donné un mini-concert d'une demi-heure à Beaufort Square pour le plus grand bonheur des passants, visiteurs et autres clients des bars. Le samedi soir, de nombreux sièges supplémentaires ont du être installés dans l'église Ste Marie pour répondre à la demande d'un public très important. Le choeur de Chepstow a proposé plusieurs morceaux en Gallois et un en Français. Celui-ci était une version du toréador de l'opéra Carmen de Bizet, morceau arrangé pour le choeur de Chepstow par son directeur musical Elaine Matthews. Ce chant n'était pas inscrit au programme pour que la surprise soit totale pour le choeur Français. Ce fut le cas et ça a donné lieu à une acclamation nourrie. La plupart des chants français étaient dans leur langue. Les deux choeurs se regroupèrent ensuite pour chanter ensemble Kumbayah et When the saints go marching in, un grand favori des visiteurs. Le moment probablement le plus fort de ce fabuleux concert fut lorsque les Chanteurs Pyrénéens enlevèrent leur béret pour entonner l'hymne Gallois (en Gallois !).  Avant l'évènement, ils avaient l'intention de le chanter seuls, mais ils ont été repris pas le public et le choeur Gallois. Le concert a été suivi d'une 3ème mi-temps au Drill Hole où des rafraichissements bienvenus étaient servis et où, bien sûr, les chants ont continué jusque tard dans la nuit. Le dimanche soir, le Drill Hole a de nouveau accueilli les choeurs pour un cochon rôti, toujours avec beaucoup de plaisir et de nombreuses chansons. L'accueil donné aux choeurs par la communauté locale est très apprécié et montre que Chepstow est profondément une cité de culture et d'amitié.  

LA DEPÊCHE DU MIDI : Sept évènements pour 70 ans de chants (Tarbes, 27/04/12)

Les Chanteurs pyrénéens de Tarbes profitent de leur anniversaire pour faire (re)découvrir leurs spécificités aux Bigourdans. La formation tarbaise a (presque) l'âge du doyen de ses chanteurs, Jean Clerc-Giraud (75 ans). Plaquette de présentation, programmation de sept rendez-vous majeurs avec le public (dont un au pays de Galles), les Chanteurs pyrénéens de Tarbes entendent bien profiter de ce 70e anniversaire pour remercier leur public et l'élargir en se faisant mieux connaître. « Folklore » est un mot que nous n'employons jamais. Nous nous inscrivons dans la tradition orphéoniste du chant pour tous, de la culture pour tous », précise ainsi le vice-président Robert Domec. « Le costume n'est qu'une image. » La communion avec le public, par contre, conserve toute son importance depuis 70 ans. « Il ne s'agit pas de chanter, boire un coup et s'en aller », rajoute le président Bernard Simon à l'expression « c'est le côté merveilleux du chant » chère au chef de chœur Bernard Noguès. Certes, la quarantaine de personnes qui composent les Chanteurs pyrénéens de Tarbes tient pour important « le côté convivial, au pied des Pyrénées, de la 3e mi-temps ». Mais d'abord le chant, « la surprise pour le public ». Bernard Noguès n'a de cesse de « faire que les horizons [du répertoire] s'élargissent ». Afin de tordre le cou à une idée selon laquelle toute la soirée serait animée de chants arts et traditions, le chef de chœur multiplie les exercices. Quitte, cette année, à « mettre en place d'autres chants lyriques ». Ce qui vaudra aux Tarbais l'honneur de la visite d'Annick Deschamps, en fin d'année.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Magistral concert de Nouvel an ! (Trie sur Baïse, 31/01/12)

 C'est dans la salle comble du Monastère des Carmes que la Société Philarmonique a donné son concert de nouvel an... En seconde partie, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes qui se produisent lors de nombreux festivals français et étrangers, interprétèrent des chants pyrénéens, de la Bigorre, concluant avec le chant d'Alfred Roland "Halte-là ! ". La Philarmonique, par sa magistrale interprétation, les chanteurs, par la beauté de leurs voix, suscitèrent un plaisir évident que le public a pu apprécier.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Concert Thématique de Noël (Tarbes, 10 janvier 2012)

"De la grotte de Bethléem aux Noëls interdits d'aujourd'hui" : le titre du concert des Chnateurs Pyrénéens de Tarbes, en l'Eglise Saint-Jean de Tarbes, était déjà tout un programme. La recherche du sens de Noël a été mise en avant, depuis son sens biblique jusqu'aux difficultés sociétales d'aujourd'hui, à travers une vingtaine de chants. Les yeux du public ont brillé d'écoute, de sens, d'émotion et de joie d'avoir vécu des moments d'harmonie autour des textes, des chants et de la musique de Noël.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Triomphal succès du Concert de Noël ! (Ibos, 30/12/11)

Le cocktail basco-bigourdan concocté par l'équipe Demain la Collégiale a attiré la grande foule pour ce dernier concert de l'année. L'église était archicomble... et le public ovationnait chaleureusement les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes à leur entrée dans le choeur. Les 40 voix d'hommes résonnaient harminieusement dans l'édifice, les "Mots dans le vent" laissant présager du répertoire retenu pour ce concert : donner plus d'amour, plus de présence, de sens à la vie, c'est cela Noël. Et puis, cerise (d'Ixtaxssou)sur le gâteau, s'installant devant les Chanteurs Pyrénéens, Davis Olaïzola régala le public, sa voix d'or donnant une plus-value aux Noëls qu'il interprète. Enfin, pour clôturer, il s'intègre parmi les chnateurs, simplement, naturellement, en grand professionnel qui apprécie le sérieux, la qualité des chnateurs amateurs tarbais. Son savoir être est évident lorsque, sollicité fortement par l'aiditoire, il interprète sans façon des titres supplémentaires. C'est de tout coeur qu'il remerciait Demain la Collégiale et le Maire pour l'avoir invité à partager cette superbe et enrichissante soirée avec un extraordinaire public et les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, ses copains.

SUD-OUEST : Et la magie a opéré (Dax, 3 octobre 2011)

Festival Entre Voix : quatre groupes se sont produits vendredi et samedi à la Cathédrale. Encore une édition qui a séduit (...) La suite fut tout aussi magique. En direct des montagnes, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes n'ont pas failli. Sous la houlette de Bernard Noguès, veste rouge des guides sur le dos, les choristes ont offert le meilleur d'un répertoire qui chante la terre, la vie, les traditions et l'amitié du Pays de Bigorre. Les voix étaient belles, puissantes, maîtrisées dans une rigueur toute militaire. des ténors aux basses en bassant par les barytons, les timbres étaient unis, justes et sincères. Le public a témoigné vigoureusement son approbation.

LE POPULAIRE : Des airs si purs des Pyrénées (Limoges, 20 septembre 2011)

Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont connu dernièrement un double succès à Limoges, en présence de nombreux spectateurs enthousiastes qui ont prodigué des applaudissements nourris. De nombreux chants furent interprétés et bonifiés par une acoustique parfaite. C'est une bouffée d'air pur et d'amitié sincère que les Chanteurs Pyrénéens ont dispensé sans compter.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Tarbes-Pyrénées Passions (une superbe messe de Saint-Hubert (Tarbes, 27 juin 2011)

Si le salon a été, de l'avis de tous, encore exceptionnel, la messe de Saint-Hubert a été vraiment superbe. Il est vrai que sous le soleil, les prestations des Chanteurs Pyrénéens, de meutes de chiens et des sonneurs, ont été un superbe spectacle, même pour les non initiés, par sa splendeur.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Super ovation pour les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes (Rabastens de Bigorre, 7 mai 2011)

Beaucoup de monde en l'église Saint-Louis de Rabastens, en ce samedi soir 30 avril dernier, pour écouter le nouveau programme des Chanteurs pyrénéens de Tarbes... Dès le premier chant, les auditeurs ont applaudi chaleureusement, montrant ainsi que le courant s'était établi immédiatement. Dans leur tenue des guides pyrénéens de haute montagne, ils ont enchaîné des mélodies du terroir, toutes très appréciées par un public conquis par des voix alternant la puissance et la douceur. Les solistes ont été merveilleux, avec un succès particulier pour celui qui, sur ses béquilles, avait tenu à accompagner ses copains. Sous la direction de Bernard Noguès, qui n'a pas hésité à diriger aussi les auditeurs pour « Montagnes Pyrénées », les chanteurs se sont surpassés. Le public a applaudi à tout rompre avec trois rappels, avant une séparation que l'on sentait difficile. Bernard Simon a souhaité à Rabastens XV de l'emporter pour sa rencontre du 1er mai. Vœu exaucé. Les Rabastenais qui sont venus à ce concert garderont longtemps le souvenir de cette grande soirée. Encore une fois, remercions les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes.  

LA DEPÊCHE DU MIDI : Triomphe pour les Chanteurs Pyrénéens (Arreau, 16 mars 2011)

Plus qu'un concert, c'est un véritable spectacle que le groupe des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes a donné dans la salle du Terminus à Arreau. 40 chanteurs, un vaste répertoire d'auteurs bigourdans traditionnels et contemporains, de grandes mélodies françaises et étrangères, sous la direction musicale de Bernard Noguès, chef de choeur.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Des Pyrénées enchanteresses ! (Lannemezan, 12 février 2011)

Les lannemezanais ont apprécié les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes invités pour un récital en l'église Saint-Jean-Baptiste. L'église était comble, pas moins de 300 spectateurs ont assisté au spectacle. Le programme du récital : une première partie du répertoire de chants qui balayent les Pyrénées, du Pays basque au pays catalan, tous remarquablement interprétés par l'ensemble dirigé par le chef de choeur Bernard Noguès. En seconde partie, beaucoup de chants plus près de nos montagnes de Bigorre qui, naturellement, ont fait fondre les cœurs de l'assistance. Notamment la complainte « Simon », créée par Nadau ; l'Hymne des Pyrénées, repris par l'assistance. Des negro-spirituals, tout à fait de circonstance dans une église, ont terminé cette soirée. Une surprise attendait spectateurs et choristes à la fin du spectacle. Le service culturel avait organisé à leur intention le partage de galettes et une dégustation de fruits. Un plateau gracieusement offert par Pierre Palmer, Le Fruitier du Plateau.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Le nouveau CD des Chanteurs Pyrénéens (Tarbes, 18 décembre 2010)

"Concert de Noël", c'est le titre du dernier CD des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, enregistré en 2009 en l'église Saint-Jean de Tarbes. A travers une nouvelle approche, ils proposent une narration et des chants replacés dans leur contexte historique et culturel.

LA SEMAINE DES PYRENEES : Le chant, c'est sa vie (Tarbes, 16 décembre 2010)

Jacques Cauhapé a consacré une grande partie de ses loisirs au chant populaire... Il chante depuis toujours et notamment au sein des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Chanteur émérite et passionné, il s'est lancé dans une aventure titanesque : le collectage de l'essentiel des chants populaires de la Bigorre et du Béarn. Ce travail de mémoire se trouve rassemblé dans 6 volumes sous le titre général Hech de cansous (Bouquet de Chansons)... Cette base de données est la plus grande anthologie locale jamais réalisée... Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes dont il est un des solides piliers, saluent cette démarche d'un des leurs qui démontre l'intérêt de la culture populaire du chant et de l'identité pyrénéenne qu'elle contient.

SUD-OUEST : Hymne à la paix (Orthez, 29 novembre 2010)

Le puissant choeur des Chnateurs Pyrénéens de Tarbes a assuré la première partie (hommage à Jean Ferrat par David Olaïzola) en plongeant le public dans son répertoire tiré de la vie pastorale des vallées pyrénéennes pour atteindre les sommets avec un "Halte-là, les montagnards sont là" qui fit trembler les vielles poutres du Théâtre Planté.

SUD-OUEST : Un public fort enchanté (Talais, 19 septembre 2010) 

 Pour ce concert à l'église de Talais, les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes ont enthousiasmé un auditoire particulièrement important. 32 voix puissantes ont interprété un répertoire traditionnel achevé par un negro spiritual qui résonnait avec bonheur dans toute la nef. L'échange avec le public s'est poursuivi au cours d'un buffet campagnard à l'espace Hector Chaudet où les chanteurs étaient portés par la chaleur du public.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Jean Barat, Chanteur Pyrénéen, n'est plus (Tarbes, 10 août 2010)

Notre ami Jean, Chanteur Pyrénéen pendant 54 ans, une légende, ne chante plus. Il vient de s'éteindre à 97 ans comme une bougie qui a fini doucement sa vie. Jean Barat était très connu dans son quartier de Saint-Antoine qui lui avait rendu un hommage vibrant, il y a  quelques années et Jean chantait encore, entourée par l'estime et l'affection des chanteurs, des amis et des voisins. Quelques images symbolisent pour nous, Chanteurs Pyrénéens, sa vie. Jean, accueillant et chaleureux d'abord. Avec sa voix rocailleuse et ses yeux malicieux, il était très heureux de voir arriver au groupe de nouveaux chanteurs qui allaient apprendre ce qu'il savait, afin de le transmettre à d'autres plus tard, dans la chaîne sans fin des chanteurs. Il les encourageait souvent en leur racontant des anecdotes savoureuses qui ont pimenté sa vie. Jean, le chanteur ensuite : une voix de basse profonde qui a honoré la formation durant un demi-siècle. Les nouveaux chanteurs se souviendront toute leur vie de la surprise d'entendre une voix si puissante et caverneuse sortir d'un corps si frêle. Plus d'un a sursauté en entendant subitement cette voix, parfois irréelle. Enfin, Jean et la fraternité. Lors des fêtes annuelles conviviales de la Sainte-Cécile, il aimait chanter ce message : Si tous les gars du monde décidaient d'ête copains et de marcher la main dans la main, le bonheur serait pour demain. Jean le pensait vraiment et lui qui avait souffert, appelait de ses voeux la paix et la fraternité. Il aimait aussi chanter Mississipi. Jean n'est plus, lui le fidèle tarbais qui fut honoré de la médaille de la Ville par le Maire Gérard Trémège, pour ses 50 ans de société musicale. Nous savons que Jean qui aimait profondément la vie et les chanteurs, était heureux de les voir rassemblés une dernière fois autour de lui, chanter pour lui. Les Chanteurs Pyrénéens n'étaient pas heureux, mais savent que l'âme de Jean les enveloppera toujours de sa bienveillante affection qu'ils lui rendent bien. Alors, notre ami Jean, poursuis ton voyage, sois assuré que nous honorerons ta mémoire, dans l'amitié et la convivialité, sur tous nos chemins, en nous donnant la main, dans l'espoir du bonheur de demain. Adieu, notre ami Jean.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Les Chanteurs Pyrénéens à Altenkirchen (Altenkirchen, juin 2010)

C'est une modeste participation à la construction européenne, mais très concrète dont les résultats sont bien réels en termes de partage de certaines valeurs. En 2009, les fêtes de Tarbes ont donné ont coup d'accélérateur à cette amitié en associant étroitement le choeur allemand au programme officiel. En 2010, les Chanteurs Pyrénéens ont été reçus chaleureusement et leurs concerts à Altenkirchen et à Obererbach ont été suivis avec une grande attention, précédant une joyeuse fête populaire dans cette région agricole et de forêts du Westerwald..

LA DEPÊCHE DU MIDI : Tarba en canta donne le ton (Tarbes, 15 juin 2010)

La 1ère édition de Tarba en canta est lancée depuis mercredi soir. Et qui pouvait mieux inaugurer ce nouveau rendez-voius estival, niché au coeur des fêtes de Tarbes, que les Chanteurs Pyrénéens. Dans une église Saint-Jean parfaitement habillée par les élévations polyphoniques du choeur d'hommes, quelques 200 personnes avaient répondu présent.

ARTS CHEMINOTS : Sur le rail des Pyrénées (Paris, mai 2010)

Depuis 1942 qu'ils chantent, les cheminots Chanteurs Pyrénéens en ont parcouru des voies, mais aussi et surtout, ils ont bâti des ponts, des chemins d'amitié et de solidarité, le long de leurs montagnes. Ils sillonnent la Bigorre, le Béarn et le Pays basque. Ils chantent le terroir, la patrie et font entendre en tous lieux les voix des Pyrénées.

LA REPUBLIQUE DES PYRENEES : Frissons et bonheur au Zénith (Pau, 12 avril 2010)

Plus de 3000 spectateurs sont là, toutes générations confondues, pour honorer le rendez-vous imaginé par David OLAÏZOLA. Quatre groupes polyphoniques vont investir la scène... C'est en rouge et noir et sous un tonnerre d'applaudissements nourris, que se termine ce voyage sonore aux accents du pays, avec les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes qui célèbrent de la voix nos montagnes.

REUSSIR : La passion du chant comme vecteur de communication ! (Tarbes, février 2010)

Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes sont des passionnés, bénévoles et chanteurs de tous les instants de la vie. Les écouter, les regarder répéter, vous donne une leçon de vie, tant l'amitié, la chaleur humaine, sont présentes. Des vies, des univers professionnels différents se croisent et se rejoignent pour vivre une passion commune : le chant. Pour exister, ils doivent utiliser les mêmes outils que l'entreprise : ainsi en 2010, un nouveau site Internet viendra enrichir la visibilité et la communication du groupe et, par conséquence, celle de Tarbes et de la Bigorre. Bel exemple de dynamique culturelle et d'esprit d'entreprise pour servir une passion, et aussi les Hautes-Pyrénées dans son image et sa notoriété en France et à l'étranger. 

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Le Noël des Chanteurs Pyrénéens (Ibos, 14 décembre 2009)

La collégiale d'Ibos a clôturé en beauté sa saison musicale 2009, en accueillant les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes qui, devant un public venu nombreux, auront su faire passer à travers leurs voix profondes, tous les messages de Noël, de paix, de fraternité et d'espoir, grâce à un répertoire traditionnel qui avait choisi d'aller en 21 chants, "de la grotte de Bethléem aux Noëls interdits d'aujourd'hui". Leurs voix partent du coeur et sollicitent un Noël pour tous, mais la clôture de leur concert avec "Noël interdit" nous rappelle, hélas ! que dans le monde, il y en a beaucoup trop qui sont interdits de Noël !

LA DEPÊCHE DU MIDI : Huesca : Viva Aragon ! (Huesca, 21 avril 2009)

De part et d'autre des Pyrénées, des peuples, des cultures, chacun sa fierté, des traditions et le plaisir de chanter. Huesca, capitale de la province du même nom dans la région d'Aragon, est la ville jumelle de Tarbes et les Chanteurs Pyrénéens étaient invités à donner un concert, lors de l'ouverture des fêtes de la Saint-Georges.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DES PYRENEES : Admirables Chanteurs Pyrénéens (Ozon, décembre 2008)

Les organisateurs du Foyer Rural avaient bien fait les choses : église chauffée, décorations diverses, vin chaud au gingembre pour tous à la fin ! Côté spectacle, la première partie a été consacrée aux chants traditionnels pyrénéens, en français, basque ou occitan et une interprétation exceptionnelle du Choeur des Soldats de Gounod. Vint ensuite la série des chants de Noël dans une ambiance intime : semi-obscurité, crèche illuminée. Cantiques religieux, inspirations poétiques : dans le public, les yeux brillaient, gagnés par l'ambiance, certains vivaient le concert avec un recueillement intérieur, conquis. Le rêve s'est achevé avec des Noëls populaires, des comptines célèbres reprises à l'unisson et, contraste, par l'interprétation du Noël interdit de Johnny Hallyday. Etonnant et poignant. Le chef de choeur, Bernard Noguès, était épuisé mais heureux, lui qui, comme Jacques Brel, vit intensément sa passion et cherche à atteindre l'inaccessible étoile de la perfection du chant et de la musique.

LA DEPÊCHE DU MIDI : Belle rencontre entre David Olaïzola et les Chanteurs Pyrénéens (Tournay, septembre 2009)

Soirée exceptionnelle du chanteur basque avec, dans un premier temps, les 35 Chanteurs Pyrénéens admirablement dirigés par Bernard Noguès, l'enfant du pays, qui présentèrent un programme très varié... La 2ème partie vit le groupe tarbais se joindre au chanteur basque pour interpréter une série de mélodies populaires ou moins connues, se rapportant au rugby, sport roi dont c'était la fête, ce soir-là.

LA MONTAGNE DES PYRENEES : Grand concert à la Halle aux Grains (Bagnères de Bigorre, 2 novembre 2007)

Ils ont formidablement bien chanté, obtenant un succès amplement mérité. Leur programme comportait, bien sûr, des chants pyrénéens, mais aussi des airs d'autres pays.

LE PHARE DE LORIENT : Un choeur pyrénéen à Sainte-Anne (Lorient, 17 septembre 2007)

Le dimanche 16 septembre 2007, les Chnateurs Pyrénéens de Tarbes ont participé à la messe de 11 H en l'église Sainte-Anne d'Arvor. Dans une nef bien remplie, les voix des montagnards du pays de Bigorre ont puissamment aidé à la prière : Laudat que sie, Michaël row the boat ashore, Tibie païom, Amazing grace, When the saints, ... Et aussi un chant à la Vierge Marie que l'assemblée a écouté avec beaucoup d'émotion. Oui, ce fut vraiment une belle cérémonie que beaucoup voudraient voir se renouveler. Nous reverrons sûrement nos amis tarbais en pays d'Arvor.

LE TELEGRAMME : Les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes invités des Gabiers (Lorient, 11 septembre 2007)

Montagnes Pyrénées, vous êtes mes amours. C'est le refrain de leur plus célèbre chant.

OUEST FRANCE : Les tarbais au bord de la mer (Lorient, 5 septembre 2007)

De Tarbes, que sait-on ici ?... que c'est un pays où l'on chante... C'est là que sont nés les Chanteurs Pyrénéens dont la formation ne regroupe que des hommes. Pantalon noir, veste rouge et béret constituent leur tenue, celle de guide des hautes vallées pyrénéennes...

 

 

 

 

Réalisation axyneT