Le bonheur d'un chef
Posté le 09/11/2014.

Bernard Noguès est le chef de choeur des Chanteurs Pyrénénéens de Tarbes depuis 2006. Un récent article de presse décrit sa passion et ses émotions vécues lors de la direction des concerts qui, pour certains, lui font éprouver un vrai bonheur : "Au coin de l’œil devenu subitement humide, une larme se forme, grossit, bascule et roule lentement sur un visage buriné, ruisselant de sueur témoin d'un effort intense. Elle révèle un instant de libération de toutes les tensions, un instant de joie profonde et de plaisir d'un chef de chœur qui a alors le sentiment du devoir accompli, d'avoir conduit ses chanteurs vers leurs sommets possibles et d'éprouver alors le sentiment d'avoir atteint le graal des musiciens, bonheur suprême d'un chef d'avoir entendu lors d'un concert tous les accords qu'il souhaitait entendre des voix qu’il dirige. Ce moment rare, quête constante difficile mais parfois accessible, Bernard Noguès, chef de chœur des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes l'a récemment éprouvé lors des concerts donnés à l'occasion de la réception d'un chœur d'hommes gallois qui avait drainé la grande foule dans les églises Sainte Thérèse (Tarbes) et de l'Invention (Laloubère). Un engagement est d'autant plus fort qu'il est sincère et désintéressé, ce qui est le cas des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Bien avant le concert, Bernard Noguès entre en concentration, n’est pas à déranger pour des futilités, révise dans sa tête tout le programme avec ses difficultés et subtilités, s’interroge sur la forme et la présence des chanteurs : seront-ils parfaitement dans le match ? Durant le concert qu'il dirige entièrement sans partitions (comme d'ailleurs les chanteurs), il donne le ton, règle la puissance des voix de ses doigts, curseurs précis des sons voulus, lance au bon moment les solistes, les pupitres, encourage, roule des yeux transperçants, fronce les sourcils, signes d'approximations à éviter, gesticule, saute, grimace, swingue, vit pleinement sa musique de chaque goutte de son sang et de sa sueur et sourit enfin si tout va bien à la fin, si le son produit a été bon, si le public apprécie de ses applaudissements chaleureux, etc... Quand les spectateurs se lèvent spontanément après les dernières notes du Sanctus de la Messe solennelle de Charles Gounod (soliste Erik Pamis) qui ponctue en ce moment les concerts, c'est le signe d'une communion sous les voûtes, à travers ce chant si noble et si puissant qui résonne jusqu'à la stupéfaction. Le bonheur du chef est total, car Bernard Noguès a aussi écrit les harmonisations des quatre voix du chœur pour ce chant d'acclamation qui est habituellement interprété par les plus grandes voix solistes avec un orchestre de chambre. Ici, les instruments sont les voix des Chanteurs Pyrénéens de Tarbes. Entre le chef et les chanteurs, point d'effusions démonstratrices : un regard suffit pour connaître le résultat, avec la réaction du public. Alors, quand de plus la larme est là, l'inaccessible étoile est presque atteinte. C'est un bonheur simple, un bonheur amateur, mais d'une intense émotion, ciment de relations humaines profondes partagées. Les Chanteurs Pyrénéens le vivent. Merci à tous les fidèles spectateurs des concerts d'en être les témoins vigilants ".

Retrouvez les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes sur Facebook  ! 

 


Les 5 dernières actualités :

TOLOSA OTXOTEA, l'excellence de la polyphonie basque le 18/07/2017.
Europe en marche ? le 03/07/2017.
Fraternité le 14/05/2017.
Nous perdons l'un des nôtres : Bernard CAMLONG le 04/03/2017.
Un concert n'est jamais futile le 28/12/2016.

 
Réalisation axyneT