Florilège provençal
Posté le 10/06/2011.

Comment surprendre d’entrée les amis provençaux de Viva Voce invitant les Chanteurs Pyrénéens à donner 3 concerts à Rousset, Saint-Maximin et Marseille, pour entendre des voix des Pyrénées ?  Tout simplement, en les plongeant dans le souvenir de quelques personnages illustres qui ont contribué à la gloire de leur région !

Pour des chanteurs de tradition, il était assez naturel de penser à des extraits de chansons patrimoniales qui ont marqué les années folles 1930 : Adieu Venise provençale de Vincent Scotto et Alibert, la star de l’opérette marseillaise, avec aussi Cane canebière, et par ailleurs, Méditerranée de Francis Lopez et Tino Rossi. Il ne fallait pas oublier la littérature avec Frédéric Mistral, auteur de l’hymne local Coupo santo (Provencau veici la coupo...) et Alphonse Daudet (Les Lettres de mon moulin) : « C’est de là que je vous écris, ma porte grande ouverte, au bon soleil. Un joli bois de pins tout étincelant de lumière dégringole devant moi jusqu’au bas de la côte. À l’horizon, les Alpilles découpent leurs crêtes fines… Pas de bruit… À peine, de loin en loin, un son de fifre, un courlis dans les lavandes, un grelot de mules sur la route… Tout ce beau paysage provençal ne vit que par la lumière ».

Cette entrée en matière surprise fit sensation et le lien était solidement établi d’un bout à l’autre de l’Occitanie, pour des concerts mémorables, en ce sens que donnés dans des sites de légende. Après Rousset, la basilique de Saint-Maximin, sur le tombeau de Sainte Marie-Madeleine, immense édifice gothique accueillant un millier de personnes recevant les voix des Pyrénées, étranges en ce lieu, douces ou puissantes, mêlées dans la soirée à la centaine de choristes Chœurs au diapason, sous la direction d’Annick Deschamps, éminente artiste lyrique au cœur extraordinaire et à la voix de cristal qui vous transporte d’émotion et d’intemporalité. Ensuite, à Notre-Dame de la Garde à Marseille où les Chanteurs Pyrénéens de Tarbes, seule formation autorisée à ce jour à y donner un concert, se dépassèrent dans le répertoire sacré. Il est vrai que le sanctuaire respire l’âme, la sensibilité, la dévotion, et ne peut que stimuler et élever les voix et les cœurs.

Nous sommes heureux d’avoir vécu ces moments dans une chaude amitié, consolidée par la fréquentation de la montagne de Sainte-Victoire qui a tant inspiré Paul Cézanne et le massif de Sainte-Baume, la montagne sacrée des marseillais. Quand le chant, qu’il soit traditionnel, classique ou sacré, conduit à cette félicité, nous apprécions de le vivre pleinement et les soucis de la vie quotidienne s’estompent… avant de reprendre, mais nous gardons le sentiment d'avoir vécu le bonheur d’un certain au-delà. Chantez, chantez, chantez toujours, dit le chant du gave des Pyrénées !


Les 5 dernières actualités :

Quand revient septembre... le 18/07/2017.
Europe en marche ? le 03/07/2017.
Fraternité le 14/05/2017.
Nous perdons l'un des nôtres : Bernard CAMLONG le 04/03/2017.
Un concert n'est jamais futile le 28/12/2016.

 
Réalisation axyneT